De nouveaux exercices militaires au large de la Norvège - 7

Le plus grand navire de guerre du monde a continué d’être au centre de nouveaux exercices militaires en Norvège et dans ses environs, tout récemment dans les eaux agitées du Vestfjord, au nord du pays. Ces manœuvres visent à la fois à entraîner les forces de l’OTAN et à envoyer un message à la Russie, alors que le chef de la défense norvégienne s’apprête à présenter un nouveau plan visant à rendre la Norvège plus autonome.

Ces dernières semaines, les exercices de l’OTAN autour de la Norvège se sont déplacés de la mer du Nord au fjord intérieur d’Oslo, en passant par le fjord de Vestfjord, au large de la Norvège septentrionale. L’objectif est d’affiner les compétences en matière de défense et d’envoyer à Moscou le message que l’OTAN est unie dans la défense de tous les pays membres. PHOTO : Forsvaret

L’immense porte-avions USS Gerald R Ford a appareillé après avoir passé près d’une semaine à Oslo, en direction du Vestfjord, entre Bodø et Lofoten. L’armée de terre, la marine, l’armée de l’air et les forces spéciales norvégiennes, ainsi que l’armée de l’air norvégienne, ont participé à cette opération. Ford lui-même, ont été placés sous le commandement de l’OTAN (qui tenait une réunion à Oslo) tandis que des exercices ont commencé avec d’autres forces maritimes de pays alliés.

La radio-télévision norvégienne (NRK) a confirmé l’existence de nombreuses activités aériennes au-dessus du fjord, alors qu’une zone d’exclusion aérienne avait été décrétée. Les exercices, baptisés « Arctic Challenge », devaient se poursuivre jusqu’au 9 juin, tandis qu’une autre série d’exercices dirigés par les États-Unis, baptisés « Formidable Shield 23″, se déroulaient au large de l’île nordique d’Andøya et au large des Hébrides, en Écosse. Ces derniers, auxquels participent 13 pays membres de l’OTAN, visaient principalement à tester la défense intégrée contre les missiles et la défense aérienne en mer et à partir de la terre.

Bård Ludvig Thorheim, membre du Parlement norvégien pour le parti conservateur, fait partie de ceux qui notent que toutes les récentes démonstrations de force sont destinées à envoyer un message à Moscou concernant la capacité de défense de l’OTAN. Ils suivent certainement tout cela de près », a déclaré M. Thorheim à la chaîne NRK, alors qu’il visitait le porte-avions américain juste avant qu’il ne quitte Oslo, « mais cela fait partie de l’objectif ». « Nous démontrons que nous avons la volonté et la capacité de nous défendre dans les zones stratégiquement importantes du nord.

De nouveaux exercices militaires au large de la Norvège - 9
Les récents exercices de l’OTAN au large de la Norvège et de l’Écosse, baptisés « Formidable Shield 23 », se sont concentrés sur la puissance de feu et l’entraînement intégré à diverses formes de défense, avec la participation de 13 pays membres de l’OTAN. Cette photo montre des lancements de missiles sur l’île nordique d’Andøya, où l’armée est présente depuis longtemps. PHOTO : Forsvaret

Le chef de la défense norvégienne, Eirik Kristoffersen, lance un appel pressant au gouvernement norvégien pour qu’il développe et améliore l’état de préparation de la Norvège en cas d’attaque. Une commission gouvernementale a récemment relevé des insuffisances, juste à temps pour que Kristoffersen y réponde plus tard dans la semaine avec une longue liste de souhaits.

On s’attend à ce que Kristoffersen demande à nouveau beaucoup plus d’hélicoptères que de chars d’assaut et qu’il mette l’accent sur les missiles et les systèmes de défense antiaérienne. Journal Aftenposten a récemment rapporté qu’il souhaitait également doter la marine norvégienne d’une toute nouvelle flotte de navires.

Le message du général Kristoffersen est que la Norvège doit être en mesure de se défendre en cas de guerre, seule et avant que les forces de l’OTAN n’arrivent pour participer à la défense. C’est la raison pour laquelle tous les exercices actuels de l’OTAN ont lieu, mais aussi pour mieux former les forces norvégiennes à se défendre par elles-mêmes. Pour ce faire, elles ont besoin d’un grand nombre de nouveaux équipements et de munitions. En voici un exemple :

*** La Norvège n’a pas remplacé l’une de ses cinq frégates depuis qu’elle est entrée en collision avec un pétrolier et a coulé il y a près de cinq ans. Kristoffersen veut maintenant une flotte de six nouvelles frégates et de six nouveaux sous-marins.

*** Le chef de la défense veut également une nouvelle flotte de 20 autres navires de guerre composés de seulement deux types de navires standard, quatre grands et 16 plus petits.

*** Également sur la liste des souhaits de Krisfoffersen, selon AftenpostenLe ministre des Affaires étrangères a déclaré que les forces armées de l’Union européenne avaient besoin de beaucoup plus de puissance de feu, notamment de nouveaux missiles, des missiles sol-air à longue distance capables d’atteindre des cibles très éloignées. Il appelle également à une augmentation rapide du nombre de drones, y compris ceux capables de transporter des armes.

M. Kristoffersen répond également aux recommandations de la commission gouvernementale visant à corriger les faiblesses structurelles de la défense actuelle. Toutes les branches des forces armées norvégiennes doivent mieux retenir les officiers talentueux et le personnel en service, améliorer le recrutement, améliorer la capacité opérationnelle, augmenter l’approvisionnement en munitions et améliorer considérablement la capacité de réponse aux attaques numériques.

L’invasion de l’Urkaine par la Russie a été l’occasion d’un réveil proverbial et d’un changement radical des priorités. Après des années de réduction des forces armées à la suite de la guerre froide, il est temps de les reconstituer, d’autant plus que la base la plus importante de la Russie pour les sous-marins stratégiques sur sa partie de la péninsule de Kola n’est qu’à 10 kilomètres (six miles américains) de la frontière norvégienne.

Il ne fait guère de doute que toutes les activités militaires récentes et la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’OTAN qui s’est tenue la semaine dernière à Oslo visent à inciter le gouvernement norvégien à continuer d’augmenter les dépenses de défense et à s’occuper sérieusement de l’autodéfense du pays. Le Premier ministre Jonas Gahr Støre et son gouvernement travailliste sont sous pression pour donner suite aux appels répétés à l’amélioration de la défense.

Il ne s’agit pas d’une escalade, mais plutôt d’une forme de « signal » à la Russie », a écrit le commentateur Sverre Strandhagen dans le journal Dagens Næringsliv (DN). « La présence d’un porte-avions américain n’est jamais une coïncidence, et il est toujours prêt à intervenir si le régime de Poutine tente d’organiser une quelconque forme de provocation.

Compte tenu des fortes tensions actuelles avec la Russie, Strandhagen a noté que les États-Unis ont également utilisé un porte-avions (le premier porte-avions de l’Union européenne) dans le cadre d’une opération de maintien de la paix. USS Enterprise) lors de la crise des missiles de Cuba en 1962. « Il y a des frissons historiques dans tout cela », a-t-il écrit. L’utilisation du Entreprise a marqué « un point culminant dramatique » pendant la guerre froide, lorsque les superpuissances auraient pu déclencher une guerre nucléaire. « Il se peut que nous soyons à nouveau sur le point de le faire », a écrit M. Strandhagen.

NewsinEnglish.no/Nina Berglund