Seule la moitié des personnes âgées d'Oslo bénéficient de cette offre. Désormais, de plus en plus de personnes la souhaitent dans toute la ville. - 13

Depuis six ans, les personnes âgées de certains quartiers seulement bénéficient d’un transport adapté aux personnes âgées. Plusieurs partis souhaitent désormais étendre cette offre à l’ensemble de la ville.

Grete Breson (89 ans) est très satisfaite des transports adaptés aux personnes âgées et utilise les bus roses deux à trois fois par semaine. Ici avec le chauffeur Steinar Hansen et la conseillère municipale Sirin Stav (MDG).

La version courte

– J’utilise cette offre presque tous les jours depuis cinq ans. Aujourd’hui, je vais chez le médecin généraliste à Furuset, dit Randi Hovda.

L’homme de 86 ans vit dans une maison de retraite à Teisen. Elle a une mobilité réduite et utilise une marchette. Son mari vit dans une maison de retraite à Lindeberg. Les bus dits roses constituent donc pour elle une bonne offre de transport. Le minibus la conduit de porte en porte.

Le chauffeur Steinar Hansen suit Randi Hovda (86 ans) jusqu'au bus rose sur Teisen.  Plusieurs partis souhaitent désormais étendre cette offre à l’ensemble d’Oslo.

Le chauffeur Steinar Hansen suit Randi Hovda (86 ans) jusqu’au bus rose sur Teisen. Plusieurs partis souhaitent désormais étendre cette offre à l’ensemble d’Oslo.

Le prix est un billet de courtoisie de 20 NOK. Puisque Hovda dispose d’un abonnement mensuel, elle n’a pas besoin d’acheter de billet.

– Qu’aurais-je fait sans ces bus ? Prendre un taxi coûte cher, dit Hovda.

Après que l’homme de 86 ans ait été conduit à Furuset, le chauffeur Steinar Hansen viendra chercher Grete Breson à Trosterud. Elle sera conduite au centre pour personnes âgées de Haugerud.

– J’y suis deux ou trois fois par semaine. C’est facile avec une telle offre, affirme l’homme de 89 ans, qui dépend aussi d’un déambulateur pour s’en sortir.

Grete Breson (89 ans) fait du porte à porte dans un bus rose.  Elle est très satisfaite de l'offre.  Ici avec le conseil des transports Sirin Stav (MDG).

Grete Breson (89 ans) fait du porte à porte dans un bus rose. Elle est très satisfaite de l’offre. Ici avec le conseil des transports Sirin Stav (MDG).

Offre dans seulement sept districts

Hovda et Breson vivent tous deux dans le district d’Alna, qui est l’un des sept districts qui proposent cette offre. S’ils avaient vécu dans les quartiers de Nordstrand ou de Stovner, par exemple, ils n’auraient pas eu cette offre. Ils ne peuvent pas non plus commander de transport vers les quartiers qui ne disposent pas de cette offre.

Cela fait aujourd’hui six ans que l’offre a été lancée comme projet expérimental dans le district de Nordre Aker. Ce qui était initialement un projet pilote a ensuite été étendu à sept des 15 districts d’Oslo.

Désormais, MDG promet de se battre pour étendre l’offre à toute la ville. Ce sera l’un des enjeux collectifs les plus importants du parti dans la période à venir, outre le renforcement général de l’offre et la baisse du prix des abonnements mensuels.

Encore plus de bus roses à Oslo seront l'une des questions les plus importantes pour MDG et Sirin Stav au cours du prochain mandat du conseil municipal.

Encore plus de bus roses à Oslo seront l’une des questions les plus importantes pour MDG et Sirin Stav au cours du prochain mandat du conseil municipal.

– Les bus roses ont facilité la sortie des personnes âgées. Grâce à cette offre, les personnes âgées peuvent rendre visite à leurs amis et à leur famille de manière simple et sûre, explique Sirin Stav.

Elle est conseillère pour l’environnement et les transports à Oslo et première candidate aux OMD d’Oslo.

– Un bonus avec les bus roses, c’est la dimension sociale, puisque vous voyagez avec d’autres personnes âgées, une mesure importante dans la lutte contre la solitude.

7 000 utilisateurs de plus de 67 ans

Depuis leurs débuts en 2017, les bus ont effectué près de 300 000 déplacements. Environ 7 000 personnes âgées de plus de 67 ans ont utilisé ce service. Le passager le plus âgé avait 102 ans. L’offre coûte actuellement 29 millions NOK par an. On estime donc qu’il coûtera près de 60 millions au total s’il est étendu à l’ensemble de la ville.

– Cela a été un succès. Il serait donc logique d’étendre l’offre à tous les quartiers d’Oslo, afin que les personnes âgées puissent voyager où elles le souhaitent dans la ville. De nombreuses personnes âgées restent seules à la maison et sont confrontées à des contraintes de temps. Ceux qui ont le moins de moyens de voyager ont besoin de transports bon marché, explique Stav.

– Presque tous ceux que je conduis disent qu’ils ne seraient pas sortis s’ils n’avaient pas eu cette offre, ajoute le chauffeur Hansen, qui s’appelle par son prénom avec plusieurs passagers.

Plusieurs partis sont positifs

Hassan Nawaz est porte-parole pour la santé et la politique sociale à Oslo Høyre. Il dit que le Parti conservateur a toujours été un partisan des autobus roses.

- Les bus roses aident les personnes âgées à vivre une vie active et libre, affirme Hassan Nawaz (H).

– Les bus roses aident les personnes âgées à vivre une vie active et libre, affirme Hassan Nawaz (H).

– Nous envisagerons une prolongation en lien avec le processus budgétaire. Il est remarquable que MDG propose soudainement cela juste avant le jour des élections, dit Nawaz.

Cet été, la politicienne du Frp, Aina Stenersen, a déclaré qu’elle souhaitait des bus roses dans toute la ville.

– Il est maintenant temps que toutes les personnes âgées de la ville bénéficient de cette offre, a déclaré Stenersen à Avisa Oslo en juin.

Marit Vea est chef adjointe du groupe du conseil municipal d’Oslo Venstre. Elle soutient l’idée, mais ne néglige pas le fait que cela doit se faire progressivement, car l’offre s’est élargie ces dernières années.

Marit Vea de Venstre est positive à l'idée d'étendre le service de bus rose à toute la ville.

Marit Vea de Venstre est positive à l’idée d’étendre le service de bus rose à toute la ville.

– Si nous voulons réduire le trafic automobile, des solutions de transport flexibles sont la bonne voie à suivre. Les bus roses sont la première offre réellement flexible dont nous disposons. Nous savons que c’est populaire. Il est injuste que les personnes âgées de plusieurs quartiers ne bénéficient pas de cette offre. C’est pourquoi il est judicieux de l’étendre, estime Vea.