Il est temps pour un changement de pouvoir à Oslo - 3

Le conseil municipal d’aujourd’hui dépend beaucoup trop de SV et de Rødt.

Le centre de gravité devrait se situer à l’intersection entre la gauche et la droite, estime Aftenposten. Ici les premiers candidats Hallstein Bjercke (V) et Eirik Lae Solberg (H).

Ceci est un éditorial. Le leader exprime le point de vue d’Aftenposten. Le rédacteur en chef et le rédacteur politique sont responsables du contenu.

Oslo est une ville en développement positif. Les gens sont plus en sécurité qu’avant. Le développement urbain devient plus vert. Les écoles maintiennent constamment une qualité élevée, même dans les zones exposées aux conditions de vie. La culture et la vie nocturne se relèvent après avoir été détruites par le coronavirus.

Les quatre dernières années se sont déroulées différemment de ce à quoi on aurait pu s’attendre. La pandémie a particulièrement touché la municipalité d’Oslo. Cela a mis la préparation et le travail de santé à une formidable épreuve. Tout ne s’est pas exactement passé comme prévu. Le tableau principal est néanmoins celui d’une commune qui a réussi le test. Entre autres choses, la municipalité a pris pour conséquence que ses canaux d’information habituels n’atteignaient pas de nombreux groupes.

L’une des plus grandes empreintes politiques du conseil municipal rouge-vert se situe dans le domaine de l’environnement et des transports. Ici, une restructuration importante a été amorcée. Il est juste d’imposer des restrictions strictes aux voitures, des péages routiers élevés et de donner la priorité aux réseaux de pistes cyclables et aux transports publics. Cela doit continuer.

Dans d’autres domaines, le conseil municipal a mal établi ses priorités. La décision d’offrir des repas scolaires gratuits à tous les élèves d’Oslo en est un exemple. Les travaux sur un troisième secteur du logement ont drainé l’énergie d’autres volets bien plus importants de la politique du logement. Le bâtiment municipal de Tøyen, vide depuis la neuvième année, est un symbole éclatant de cette expérience.

La gestion financière globale a été bonne. Le conseil municipal a constitué des réserves de fonds, remboursé ses dettes et a également assuré le succès de la transaction liée au contrôle de la compagnie d’électricité Hafslund.

Dans le même temps, de graves fissures de coûts ont été constatées ces dernières années. Il faut notamment mentionner la célèbre histoire de la caserne de pompiers abandonnée de Bryn. C’est un exemple montrant qu’il existe à la fois un potentiel d’économies et d’efficacité dans une municipalité mieux gérée. Il est naturel de se demander si la taxe foncière n’est pas devenue un oreiller pour dormir.

Le plus gros problème du côté rouge-vert est que le chef du conseil municipal Raymond Johansen (Ap) deviendra probablement au moins aussi dépendant de son aile extérieure qu’auparavant. En conséquence, le parti travailliste est attiré vers la gauche.

Rødt et SV défendent une approche trop dogmatique, notamment en matière de politique sociale. Le conseil municipal dit non aux nouvelles écoles maternelles commerciales. Il n’y a plus de maisons de retraite commerciales dans la ville. Même un acteur à but non lucratif comme Diakonhjemmet s’est plaint des conditions-cadres de ce conseil municipal.

Dans la politique scolaire, SV souhaite supprimer à la fois les devoirs et les examens. Le conseil municipal a également annoncé un système d’admission au lycée qui semble pire que l’actuel système d’admission basé sur le niveau scolaire. Il est également inquiétant de constater que les indications faisant état de résultats plus faibles parmi les élèves sont presque simplement écartées.

Johansen a renoncé à un pragmatisme dont la ville a davantage besoin. Cela vaut également pour la politique du logement. Il devrait y avoir une ouverture pour construire davantage de petits appartements. Dans le même temps, il convient de mettre davantage l’accent sur les zones résidentielles offrant un bon accès aux parcs et aux espaces verts.

Huit ans, c’est long. Le conseil municipal d’aujourd’hui a beaucoup changé la ville, mais il semble désormais plus en manque d’idées qu’auparavant. En matière de politique du logement, le président du conseil municipal est passé d’ambitions farouches à la reconnaissance du fait que la plupart des choses sont douloureuses et difficiles.

La ville a besoin d’un développement vert continu, combiné à une plus grande confiance dans la valeur des acteurs privés en matière de protection sociale, à plus de prévisibilité et à de meilleurs processus de planification en matière de politique du logement, à un conseil municipal plus soucieux de gérer efficacement la municipalité et à une politique scolaire qui donne la priorité à l’apprentissage. .

Parmi les partis d’Oslo, c’est Venstre qui répond aujourd’hui le mieux à bon nombre des défis auxquels est confrontée la capitale.

La ville a besoin d’un changement de pouvoir. Aucun parti n’obtiendra à lui seul la majorité. La coopération est nécessaire. Le centre de gravité doit se situer à l’intersection entre la gauche et la droite.