Deux premiers ministres et cinq ministres prêts pour un barbecue - 7

Sept Premiers ministres et ministres actuels et anciens seront interrogés cet automne au sein de la commission de contrôle. – Le désordre créé n’inspire pas confiance, déclare le maire Grunde Almeland (V).

Le Premier ministre Jonas Gahr Støre doit expliquer comment les règles de compétence sont mises en pratique.

La version courte

Les scandales d’intégrité de l’été se poursuivent. Jusqu’à présent, il existe 350 pages de questions et réponses sur les qualifications, les nominations et les transactions boursières. Mais les choses ne s’arrêtent pas là.

Jeudi, la commission de contrôle et de constitution a adopté à l’unanimité une liste de 13 nouvelles questions sur les transactions boursières du mari de la ministre des Affaires étrangères Anniken Huitfeldt.

Lorsque la réponse sera disponible, il y a tout lieu de croire que l’opposition approfondira ses recherches et enverra de nouvelles questions. Le point final du scandale de l’intégrité aura lieu lors de l’audience de début novembre.

Le 7 novembre s’impose comme le « championnat du barbecue politique ».

Ensuite, le premier ministre Jonas Gahr Store (Ap)ancien Premier ministre Erna Solberg (H)Ministre des Affaires étrangères Anniken Huitfeldt (Ap)Ministre de la Connaissance Tonje Brenna (Ap) et deux anciens ministres Ola Borten Moe (Esp.) et Anette Trettebergstuen (Ap) a dû s’expliquer.

Litiges au sujet des époux

– La question globale est de voir comment les routines et les règles de compétence sont suivies. Qu’il y ait ou non des routines suffisamment bonnes, déclare le maire Grunde Kreken Almeland (V).

La boîte à outils politique du comité contient de tout, de la méfiance à l’égard d’un ministre aux critiques ou à l’abandon de l’affaire.

– Nous évaluerons la gravité de ces cas individuels. Et si les critiques ou la méfiance devaient être adressées aux ministres en exercice, dit Almeland.

Il dit que c’est très grave lorsque des violations des règles de compétence sont révélées.

Au sein de la commission, il existe un désaccord sur la question de savoir s’il est permis d’inviter les maris d’Erna Solberg et d’Anniken Huitfeldt. Ils sont tous deux à l’origine d’opérations boursières dont la femme ignorait l’existence.

Le Frps Carl I. Hagen pense oui, mais la majorité du comité pense non.

– Nous devons en tout cas avoir le droit de convoquer qui nous voulons. Qu’il s’agisse de conjoints ou de particuliers. Je n’ai aucun problème à convoquer le mari de Sindre Finne et Anniken Huitfeldt s’ils peuvent s’expliquer, dit Hagen.

Almeland estime que la commission de contrôle devrait traiter et exiger des réponses des hommes politiques qui ont une responsabilité constitutionnelle envers le Storting.

– C’est pourquoi je pense qu’il n’est pas pertinent de convoquer des conjoints, dit-il.

Venstres Grunde Almeland dirigera l'enquête de la commission de contrôle sur les scandales d'intégrité.

Venstres Grunde Almeland dirigera l’enquête de la commission de contrôle sur les scandales d’intégrité.

La première audience aura lieu le vendredi 29 septembre et le lundi 2 octobre.

Le ministre de la Justice doit alors Emilie Enger Mehl (Esp.) répondre aux questions sur la fusillade de masse de l’année dernière à Oslo dans le cadre du festival de la fierté.

Mehl doit notamment répondre de ce qui a été fait pour prévenir et détecter les attaques, des décisions qui ont été prises lors de la gestion de l’attaque et de la manière dont les recommandations de la commission du 25 juin ont été suivies.

La ministre des Affaires étrangères Anniken Huitfeldt (à l'arrière) doit expliquer tout ce qu'elle savait sur les opérations boursières de son conjoint.

La ministre des Affaires étrangères Anniken Huitfeldt (à l’arrière) doit expliquer tout ce qu’elle savait sur les opérations boursières de son conjoint.

Deux ministres sont évalués

La commission de contrôle a également ouvert des enquêtes sur deux cas concernant le ministre du Pétrole et de l’Énergie. Terje Aasland (Ap) et ancien ministre de l’Agriculture Sandra Borch (Ésp.).

Le 8 août, le gouvernement a ouvert la porte à l’électrification de l’usine à gaz de Melkøya et à un développement électrique à grande échelle dans le Finnmark. En avril, cependant, le Storting a décidé à l’unanimité de demander au gouvernement d’étudier le captage et le stockage du carbone comme alternative à l’électrification.

La controverse est de savoir si le gouvernement a réellement étudié le captage du carbone avant de prendre la décision sur l’électrification.

Le Storting veut savoir si et comment l’alternative a été évaluée. La commission demande également si le ministre Terje Aasland a rempli son devoir de consulter le Parlement sami avant la décision.

Il a été demandé à Sandra Borch si l’État avait payé un prix trop élevé pour Meraker Brug AS l’année dernière. Le prix était de 2,65 milliards NOK.

Borch a qualifié l’achat d' »opportunité historique ». Mais elle n’a pas informé le Parlement que le prix était plus élevé que celui de Statskog et les conseillers de Pareto estimaient que l’entreprise en valait la peine.

Le comité a demandé si l’achat était « justifié par des considérations autres que les rendements du marché ». Il demande également des documents exemptés de divulgation publique. Borch a répondu que l’achat est « un investissement immobilier à long terme » qui ne perd pas de valeur s’il est géré de manière durable.

Dans les deux derniers cas, la commission de contrôle n’a pas décidé si un dossier formel devait être ouvert ou si le dossier devait être clos.