La Norvège, le Royaume du Danemark et la Suède devraient donner la priorité à la sécurité sociétale pour contribuer à sauver le Conseil de l'Arctique - 3

Retour aux publications

Il s’agit du marteau utilisé par le président des hauts fonctionnaires de l’Arctique lors des réunions du Conseil de l’Arctique. En 2025, la Norvège transmettra le marteau du Conseil de l’Arctique au Royaume du Danemark et, deux ans plus tard, ce sera au tour de la Suède. Photo du Conseil de l’Arctique : Conseil de l’Arctique

La sécurité sociétale devrait faire l’objet d’une attention encore plus grande dans le cadre de la gouvernance de l’Arctique, où la Norvège, le Royaume du Danemark et la Suède jouent un rôle particulier en tant que présidents du Conseil de l’Arctique pour les six prochaines années. Il s’agit d’une occasion rare pour eux d’influencer l’agenda de l’Arctique si ils peuvent se mettre d’accord sur les priorités.

La note de bas de page 1 du document fondateur du Conseil de l’Arctique, la Déclaration d’Ottawa, stipule que « le Conseil de l’Arctique ne devrait pas traiter de questions liées à la sécurité militaire ». Des discussions ont déjà eu lieu sur la possibilité d’assouplir cette note de bas de page et de commencer à parler de sécurité régionale. militaire sécurité militaire au sein du Conseil de l’Arctique. Cependant, dans la situation actuelle, cette idée ne résonne certainement pas.

Au lieu de cela, nous devrions nous concentrer encore plus sur sociétal qui subit actuellement une pression supplémentaire en raison de la pause – ou plutôt de l’activité limitée – du Conseil de l’Arctique.

Menaces pour la sécurité sociétale dans l’Arctique

La liste des menaces réelles et potentielles pour la sécurité sociétale dans la région circumpolaire est trop longue pour être mentionnée ici. Nous allons donc plutôt mettre en lumière deux exemples liés aux interprétations fonctionnelle et identitaire du concept.

Le premier exemple, fonctionnel, est celui du navire de croisière Ocean Explorer qui s’est échoué dans le nord-est du Groenland il y a un mois. Heureusement, aucun des 200 passagers n’a été blessé et il n’y a pas eu de marée noire, mais sans faire preuve de beaucoup d’imagination, nous savons tous à quel point la situation aurait pu être grave si les conditions météorologiques avaient été difficiles, s’il y avait eu une marée noire et s’il y avait eu 2000 plutôt que 200 passagers à bord. Imaginez alors les difficultés supplémentaires si l’accident s’était produit près de la frontière russe. Cela nécessiterait une coopération étroite entre les autorités des deux côtés, et bien que des accords et des plans aient été mis en place, les relations tendues auraient probablement des effets négatifs sur la situation.

Deuxièmement, et en rapport avec le volet identitaire de la sécurité sociétale, les représentants samis et inuits s’inquiètent de l’absence d’interaction avec leurs homologues russes à la suite de la guerre en Ukraine. Par exemple, Eirik Larsen, du Parlement sami de Norvège, a récemment déclaré à High North News qu’il craignait que la décision de la Russie de quitter le Conseil euro-arctique de Barents ne limite encore davantage l’interaction avec les Samis de l’autre côté de la frontière. Au fil du temps, ce sentiment de privation et la pression interne qui l’accompagne au sein du Conseil pour qu’il fasse davantage à cet égard ne feront que croître.

L’utilisation abusive possible du récit négatif par la Russie

Alors que ces exemples constituent des défis pour la nature arctique, les passagers des bateaux de croisière ainsi que pour les valeurs et les identités des peuples autochtones, il existe également un risque que la Russie utilise la situation à mauvais escient pour créer un récit sur les effets négatifs de la pause du Conseil de l’Arctique.

L’histoire se présente comme suit : La Russie occupant plus de la moitié de la superficie de l’Arctique, on ne peut prétendre à une véritable coopération circumpolaire sans elle. Alors que l’augmentation de la température régionale est quatre fois supérieure à la moyenne mondiale et qu’une éventuelle marée noire ne respecterait pas les frontières nationales, la nature arctique risque de devenir la victime du manque de coopération. Dans le même temps, les possibilités restreintes de franchir la frontière avec la Russie mettent les relations et les valeurs autochtones sous pression.

En promouvant ce récit, la Russie pourrait essayer d’adopter un profil vert sans précédent et soutenir les ONG et les organisations de peuples autochtones qui pointent du doigt ces problèmes précis. Le service danois de renseignement de défense souligne qu’il existe en effet un risque que la Russie alimente ce discours pour faire pression sur les sept autres États de l’Arctique et créer une attitude hostile à leur égard.

Priorités des trois prochaines présidences du Conseil de l’Arctique

S’il est tout à fait compréhensible que nous ne puissions pas coopérer avec la Russie pour le moment, les pays nordiques pourraient faire davantage pour contrer de manière pragmatique le discours négatif en accordant encore plus d’attention à la sécurité sociétale dans l’Arctique.

Un bon exemple de la manière dont ils peuvent le faire est la toute nouvelle initiative de la Norvège sur les incendies de forêt qui cherche à élever la question à l’ordre du jour du Conseil de l’Arctique en rendant l’information accessible par le biais de panels publics et de campagnes de sensibilisation au cours de la présidence norvégienne. Cette initiative s’inscrit certainement dans le cadre de la « sécurité sociétale », où l’ambition actuellement modérée du « partage des connaissances » peut, espérons-le, constituer la première étape pour éteindre davantage d’incendies.

Le Royaume du Danemark et la Suède seraient bien avisés de suivre la même voie afin de contrecarrer les conséquences négatives du Conseil contesté et le discours négatif simultané dont la Russie pourrait essayer de tirer profit. L’un des moyens d’y parvenir pourrait être de mettre l’accent sur une meilleure protection des droits des peuples autochtones de l’Arctique.

Une ambition collective pour un nouvel accord contraignant ?

Si nous visons haut, et si la situation le permet, un objectif commun pour les trois chaires nordiques pourrait être d’aller plus loin que l’ambition du partage des connaissances et d’essayer de parvenir à un nouvel accord contraignant concernant une meilleure protection des droits des peuples autochtones de l’Arctique.

Cela serait conforme aux deux accords contraignants sur la recherche et le sauvetage et sur la préparation et la réponse aux déversements d’hydrocarbures, qui ont été les résultats tangibles des présidences respectives du Royaume du Danemark et de la Suède en 2009-2011 et 2011-2013.

Si la Norvège, le Royaume du Danemark et la Suède parviennent à conclure un tel accord au cours de leurs six années à la tête du Conseil, ce sera sans aucun doute une grande satisfaction pour eux. En même temps, et plus important encore, cela soulignerait davantage la pertinence du Conseil de l’Arctique tout en bénéficiant de manière générale à la gouvernance de l’Arctique, qui est soumise à de fortes pressions.

Pour l’heure, les crimes commis par la Russie en Ukraine rendent un tel accord impossible, mais en fonction de l’évolution de la guerre – et du monde en général – on peut espérer qu’à un moment ou à un autre, le temps sera venu de le conclure. Pour les trois présidences nordiques, cela doit se produire avant mai 2029. Dans l’intérêt du Conseil de l’Arctique, cela doit probablement se produire plus tôt.

Marc Jacobsen est professeur assistant au Centre d’études sur la sécurité arctique du Collège royal de défense du Danemark, où il mène des recherches sur la politique de sécurité et la diplomatie dans les contextes arctiques. Marc a également été membre – à divers titres – de l’Institut de l’Arctique entre 2013 et 2020.