Le directeur fiscal veut taxer Facebook et Google - 3
Google.Photo: Pixabay

Le directeur fiscal, Hans Christian Holte, craint que la confiance dans le système fiscal ne s’affaiblisse lorsque des acteurs mondiaux tels que Google, Amazon et Facebook échappent aux réclamations fiscales.

Le directeur fiscal estime que ces entreprises portent atteinte à l’État-providence et à la moralité fiscale, et il a déclaré que de nouvelles règles étaient urgentes.

Découvrez un magnifique Fjord

Holte participera cette semaine au sommet fiscal de l’OCDE à Santiago, la capitale du Chili. Là, en tant que chef du Forum fiscal de l’OCDE (FTA), il abordera la question de l’imposition des grandes entreprises mondiales qui peuvent faire des affaires et gagner de l’argent dans un pays sans être physiquement présentes dans le pays.

«Ce qui nous préoccupe toujours, c’est de savoir comment garantir la bonne confiance dans le système fiscal que nous avons aujourd’hui.

Découvrez les Aurores Boréales

Par conséquent, il est important que nous ayons un système qui fonctionne pour tous les types d’entreprises  », a déclaré Holte à NRK News.

Avant la réunion, la Direction des impôts a écrit que la présence physique a été le critère décisif pour pouvoir taxer les entreprises étrangères en Norvège. La numérisation de l’économie remet en question ce modèle.

 » La numérisation de l’économie signifie que les entreprises peuvent de plus en plus servir un marché sans présence physique significative. Cela met la pression sur les règles internationales sur lesquelles les pays devraient pouvoir imposer le revenu.

Holte est conscient que les pays doivent coopérer sur les règles fiscales.

« Les actions individuelles de pays individuels ne nous mèneront pas à un système fiscal clair pour le monde dans le domaine numérique », a déclaré Holte.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui