Malgré une tendance quelque peu à la baisse pour certaines maladies telles que le VIH et la gonorrhée, les maladies sexuellement transmissibles (MST) restent un sujet de préoccupation important en Norvège, note un rapport de l’Institut norvégien de santé publique (FHI).

La peur des maladies sexuellement transmissibles se profile en Norvège, plusieurs MST enregistrant une augmentation ces dernières années.

Selon les données publiées par la FHI, malgré la tendance à la baisse des cas de VIH et de gonorrhée, toutes les autres principales maladies sexuellement transmissibles sont en augmentation à travers le pays.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

MST les plus courantes en Norvège

Dans son rapport annuel 2019 sur les infections sexuellement transmissibles, la FHI a mis en évidence les évolutions de cinq maladies majeures.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

1. VIH

Selon le rapport, il y avait une tendance à la baisse des cas de VIH signalés, en particulier chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) infectés alors qu’ils vivaient dans le pays.

«L’incidence du VIH reste stable et faible chez les personnes qui prennent des drogues avec des seringues, chez les femmes nées en Norvège et chez les jeunes.

«Les HSH et les hommes hétérosexuels voyageant à l’étranger, en particulier en Asie du Sud-Est, sont toujours les plus vulnérables à l’infection par le VIH», indique le rapport.

2. Gonorrhée

Le rapport note également qu’une tendance à la baisse similaire a été signalée en termes de cas de gonorrhée.

Après des années d’augmentation continue, l’incidence de la gonorrhée chez les HARSAH a quelque peu diminué l’an dernier.

Cependant, la gonorrhée a continué d’augmenter en 2019 chez les femmes et les hommes hétérosexuels.

Chez les femmes, le nombre de cas signalés a été multiplié par dix en 10 ans, et parmi les personnes infectées par hétérosexualité, plus de cas sont maintenant détectés chez les femmes que chez les hommes.

La situation en Norvège suit une tendance internationale où la gonorrhée augmente fortement dans de nombreux pays occidentaux, ajoute le rapport.

3. Syphilis

Les cas diagnostiqués de syphilis ont diminué dans une certaine mesure l’année dernière. « 

«La plupart des HSH sont encore infectés par des relations sexuelles occasionnelles à Oslo, mais le développement ces dernières années avec davantage d’infections dans le reste de la Norvège, en particulier dans les grandes villes telles que Bergen, Trondheim et Stavanger ou lors de voyages de vacances dans les villes européennes, se poursuit». le rapport met en garde.

Selon la FHI, les HSH issus de l’immigration et les personnes séropositives sont plus sujettes à la syphilis.

Chez les femmes et les hommes hétérosexuels, l’incidence de la syphilis est maintenant nettement plus élevée qu’il y a dix ans, mais est restée relativement stable ces dernières années.

Le dernier cas de syphilis congénitale a été signalé en 2003.

4. Chlamydia

Le nombre de cas de chlamydia en Norvège a augmenté l’année dernière.

En 2019, 28466 cas ont été diagnostiqués, 534 pour 100000 habitants, soit une augmentation de 6,6% par rapport à l’année dernière, et la plus haute observation à ce jour.

Une augmentation des cas de chlamydia a été observée dans le groupe d’âge 20-24 ans l’année dernière.

«Le nombre de personnes testées en 2019 était de 386 978, soit une augmentation de 6,3% par rapport à 2018.

Un total de 7,8% de ceux qui ont été testés ont reçu un diagnostic d’infection à chlamydia en 2019 », note le rapport FHI.

5. Lymphogranulome vénérien

Selon la FHI, le lymphogranulome vénérien (LGV) est une infection sexuellement transmissible causée par une infection par un sérotype différent (L1, L2, L3) de la bactérie chlamydia (Chlamydia trachomatis) que l’infection commune à chlamydia.

«L’Institut national de la santé publique dispose de données de surveillance de la LGV disponibles depuis 2012.

«Le nombre de cas signalés annuellement varie de 13 à 44. En 2019, 27 cas de LGV ont été signalés en Norvège, contre 44 cas en 2018. Tous les cas en 2019 concernaient des HSH », conclut le rapport.