Les organisations environnementales norvégiennes perdent une affaire climatique devant la Cour suprême - 3

La Cour suprême a rejeté l’appel des organisations environnementales dans le cadre d’un procès climatique contre le gouvernement norvégien.

Du 4 au 12 novembre 2020, la Cour suprême de Norvège a entendu un procès dirigé par un groupe environnemental contre le forage pétrolier dans l’Arctique. Nous avons couvert la situation et le cas en détail ici.

11 juges sur 15 l’ont emporté

Les plus hauts juges du pays ont officiellement rejeté l’appel qui Nature et jeunesse Norvège et Föreningen Greenpeace Norden déposé contre l’état représenté par le Ministère du pétrole et de l’énergie.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

«Un triste jour», ont déclaré les groupes environnementaux en entendant le verdict historique.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Une majorité de la Cour suprême a déclaré que l’état n’a pas violé la soi-disant section environnementale de la Constitution lorsqu’elle a octroyé des licences d’exploration pétrolière dans la mer de Barents en 2016. La même année, les organisations environnementales ont intenté des poursuites parce qu’elles estiment que l’attribution de licences d’exploration enfreint la section environnementale.

«La Cour suprême n’a pas conclu qu’une erreur de procédure avait été commise. La décision d’ouvrir le sud-est de la mer de Barents n’est donc pas invalide », a conclu le juge Borgar Høgetveit Berg lorsque le verdict a été annoncé mardi matin 22 décembre 2020.

Le juge Berg était soutenu par onze des 15 juges de l’affaire.

Aucune violation de la Constitution n’a été jugée

Lors de la lecture de l’arrêt, le juge Berg a souligné que le gouvernement avait fixé des objectifs spécifiques de réduction des émissions climatiques et que l’attribution des licences avait été envisagée à la lumière de cela.

«Le dernier mot doit être donné aux organes élus et non aux tribunaux. Une fois que la licence de production a été accordée par le Storting, il reste très peu à faire aux tribunaux. Ce n’est que s’il y a une violation flagrante de la Constitution. Je ne trouve pas que ce soit le cas ici », a-t-il déclaré.

Les organisations environnementales ont également poursuivi l’État pour violations des articles 2 et 8 de la Convention européenne des droits de l’homme sur le droit à la vie et le droit à la vie privée et familiale, mais ont également échoué ici.

Contrairement à la Cour d’appel, la Cour suprême ne pense pas que la Norvège soit tenue pour responsable des émissions climatiques causées par le pétrole et le gaz norvégiens exportés à l’étranger.

«Chaque État est responsable de l’incinération sur son propre territoire», a déclaré le juge Berg.

Quatre juges dissidents: « Bonne raison d’exiger que les considérations climatiques soient correctement évaluées »

Quatre juges ont exprimé leur dissidence, estimant que les licences devraient être déclarées invalides en raison d’erreurs de procédure qui auraient pu affecter la décision d’ouvrir le forage pétrolier.

Ils estiment également que les émissions éventuelles à l’échelle nationale et mondiale auraient dû être évaluées à l’avance.

«Cela n’a pas été étudié comme l’exige la directive de planification. Il y a de bonnes raisons d’exiger que les considérations climatiques soient correctement évaluées avant l’ouverture d’une zone », juge Bergljot Webster mentionné.

«La Cour suprême échoue les jeunes d’aujourd’hui»

«C’est un message très lourd et un coup dur. La Cour suprême échoue à la jeunesse d’aujourd’hui », Nature et jeunesse Norvège chef Thérèse Hugstmyr Woie mentionné.

Elle a poursuivi: «Le tribunal affirme que le Storting a le pouvoir de priver les jeunes d’aujourd’hui d’un environnement habitable. Ce n’est pas une question, bien entendu, que les politiciens prennent les mesures nécessaires. À quel point ce sera mauvais, à quel point aurai-je peur de mon avenir? »

«Il est absurde que notre droit à un environnement vivable ne puisse pas arrêter la pire extraction de pétrole. La Cour suprême a complètement échoué et saute sur la responsabilité climatique », a déclaré Greenpeace Norden chef Frode Pleym.

Mais quelque chose de bien est sorti de l’affaire, pense-t-il:

«Même si nous avons perdu, nous avons soulevé la question d’une plus grande exploration pétrolière au milieu d’une crise climatique d’une manière complètement différente.»

Le ministre du Pétrole satisfait

Ministre du pétrole et de l’énergie Tina Bru (H) est satisfait de la décision.

«Nous avons reçu l’acceptation que notre décision était valide. Je ne suis pas surpris, étant donné que cette décision a été soutenue par une large majorité au Storting.

«Le verdict appelle à une longue tradition norvégienne où des questions politiques difficiles sont évaluées, débattues et finalement pesées par les élus du Storting», a-t-elle déclaré.

Et après?

Les organisations environnementales n’abandonnent pas.

Ils vont maintenant se demander si l’affaire doit faire l’objet d’un appel directement devant la Cour européenne des droits de l’homme.

«Nous n’avons pas d’autre choix que de faire tout ce que nous pouvons pour arrêter l’extraction de pétrole», a déclaré Pleym.