Caritas: De nombreux immigrants en Norvège ne se testent pas par peur de l'emploi - 3

Un total de 17480 personnes de Pologne et de Lituanie, qui sont les deux pays d’où le plus de personnes se rendent en Norvège pour travailler, ont été testées corona en Norvège au cours des semaines 1 et 2, selon l’Institut national de la santé publique (FHI).

Dans le même temps, le nombre de cartes SIM enregistrées de Pologne et de Lituanie a augmenté de 31 612 sur le réseau mobile norvégien au cours de ces semaines, selon les chiffres que Norwegian Broadcasting (NRK) a reçus de Telenor.

À partir du 2 janvier, les tests corona obligatoires ont été introduits dans les 24 heures pour tous ceux qui arrivent en Norvège.

L’organisation humanitaire Caritas, qui œuvre pour aider les travailleurs migrants, estime que beaucoup ne se testent pas en raison des craintes liées à l’emploi.

«Le dépistage, le contrôle des infections et la responsabilité de l’employeur sont liés, et ils ont peur de signaler et de suivre les règles de peur de ne pas trouver d’emploi en Norvège», a noté l’avocate Marta Frydrych Torkildsen de Caritas.

Elle croit également que les informations difficiles d’accès, les réglementations complexes et les changements constants sont parmi les raisons pour lesquelles beaucoup évitent de se tester.

Sur 6769 personnes qui ont été testées positives pour le coronavirus au cours des semaines 1 et 2, 439 au total sont nées en Pologne et 89 en Lituanie.

Cela représente près d’un cas d’infection sur treize en Norvège au cours de la période.