Les survivants de l'attaque terroriste d'Utøya souffrent toujours de traumatismes, selon une nouvelle recherche - 3

Cet été, la Norvège marquera le dixième anniversaire de l’attaque terroriste d’Utøya. De nouvelles recherches montrent qu’un survivant sur trois est toujours aux prises avec des symptômes de stress post-traumatique.

«C’est un signe très sérieux que tant de gens luttent avec ces problèmes au fil du temps», a déclaré le chef de la recherche Grete Dyb au bureau de presse NTB.

Elle dirige un groupe de recherche au Centre national de connaissances sur la violence et le stress traumatique (NKVTS) qui a suivi les survivants d’Utøya et leurs proches à quatre reprises depuis 2011. Les résultats de l’étude d’Utøya seront présentés lundi.

Découvrez un magnifique Fjord

L’étude montre que plus d’une personne sur trois qui a survécu à l’attaque terroriste d’Utøya est toujours aux prises avec des troubles de stress post-traumatique. Un membre de la famille sur cinq déclare la même chose.

Découvrez un magnifique Fjord

La dernière série d’entretiens a eu lieu l’année dernière, 8,5 ans après l’attaque terroriste.

Chercheur: décevant

Dyb qualifie les résultats de décevants. Elle souligne qu’il n’y a pas eu de baisse de la proportion de survivants en difficulté depuis la deuxième série d’entretiens, 14 mois après l’attaque terroriste.

«Nous nous attendions à ce que certains aient encore du mal, mais pas autant», a-t-elle noté.

La chef Lisbeth Røyneland du groupe de soutien national après les attentats du 22 juillet pense qu’il est triste que le nombre de survivants en difficulté n’ait pas diminué davantage.

«Cela montre que l’aide est encore nécessaire. Traiter les traumatismes après une violente attaque terroriste prend du temps », a déclaré Røyneland.

En 2020, quatre survivants d’Utøya sur cinq étaient pleinement ou partiellement employés / engagés dans un travail ou des études. Une personne sur cinq a reçu des prestations de chômage, des prestations d’invalidité ou d’autres régimes de soutien, selon l’étude.

Dyb dit que beaucoup d’entre eux pensent quotidiennement à l’incident.

«Ici, nous parlons également de personnes qui sont dans une phase de vie extrêmement exigeante, où elles doivent s’éduquer, trouver un emploi et établir une vie sociale», a ajouté Dyb.

Ne pas recevoir les soins de santé nécessaires

Un survivant d’Utøya sur trois déclare également ne pas avoir accès aux soins de santé nécessaires.

Dyb estime que l’offre de soins de santé pour les jeunes d’Utøya a été réduite trop tôt.

«Au bout d’un an, beaucoup ont cessé d’être suivis dans les municipalités, suite à une recommandation de la direction norvégienne de la santé. C’était une évaluation très optimiste », a déclaré Dyb.

Elle souligne qu’il n’est jamais trop tard pour demander de l’aide pour traiter un traumatisme.

«Il n’est jamais trop tard pour traiter les symptômes. Il existe une aide adéquate qui, nous le savons, fonctionne.  »