Nouvelle enquête : de nombreux parents danois frappent leurs enfants - même si c'est interdit - 3

Près de 25 ans après l’interdiction de la grève des enfants au Danemark, un enfant sur huit subit des châtiments corporels. Pour les enfants issus de l’immigration, la proportion est plus élevée et s’élève à un tiers.

Une enquête auprès des parents de 50 000 enfants âgés de neuf mois à trois ans a montré que – selon les réponses des parents – 12% des enfants ont été exposés à des secousses, des gifles et des coups au cours des deux derniers mois.

Les enfants d’immigrés ou leurs descendants sont particulièrement vulnérables, selon l’enquête réalisée par Vive, le Centre national de recherche et d’analyse pour le bien-être.

« Dans ces familles, plus d’un tiers des enfants ont subi un certain degré de punition physique. C’est une proportion élevée », a déclaré la chercheuse principale Signe Boe Rayce de Vive.

« Il est important pour le développement et le bien-être des enfants qu’ils considèrent les parents comme une base sûre afin qu’ils puissent trouver du réconfort. Une éducation dure ne donne pas à l’enfant cette base et augmente le risque qu’il soit frustré », a-t-elle déclaré.

« Intégration défaillante »

Per Schultz Jørgensen était vice-président du Conseil des enfants et l’un de ceux qui se sont battus le plus durement pour l’interdiction qui a été adoptée en 1997.

Il est secoué par les résultats de l’enquête. Il estime que c’est le signe d’un échec de l’intégration et que de nombreux immigrés sont en dehors du marché du travail et vivent dans des sociétés parallèles.

« Nous n’avons pas été en mesure de leur transmettre le développement qui a eu lieu dans l’éducation des enfants. C’était il y a plusieurs décennies. Nous avons vu des chiffres similaires chez les parents danois. Aujourd’hui, nous tenons pour acquis que les parents élèvent leurs enfants avec une attention amicale et affectueuse », a déclaré Schultz Jørgensen, professeur émérite de psychologie sociale.

Traité différemment

L’actuel chef du Conseil des enfants, Agi Csonka, souligne que la plupart des immigrés et leurs descendants ne battent pas leurs enfants.

« Quand il y a encore une grande minorité parmi les minorités ethniques qui font cela, il y a évidemment un besoin d’un effort ciblé », a-t-elle déclaré. Csonka pense que c’est un problème que les autorités aient un seuil plus élevé pour intervenir contre la violence dans les familles minoritaires que dans les familles ethniques danoises.

« Là où l’on parle de violences graves, il faut bien sûr réprimer durement, comme on le fait dans les familles danoises », a-t-elle déclaré.

« Beaucoup viennent de pays où il n’est pas interdit de faire grève (les enfants). C’est peut-être ainsi qu’ils ont été élevés. Ils aimeraient le faire différemment mais manquent de connaissances sur la façon de le faire », a déclaré Csonka.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no