L'ADN ancien met en lumière les origines mystérieuses des premiers Scandinaves - 3

L’auteur de cet article est Jan Apel, maître de conférences en archéologie à l’Université de Lund.

Suivre la migration des humains n’est pas facile, mais la génétique nous aide à découvrir de nouvelles informations à une vitesse vertigineuse. Nous savons que notre espèce est originaire d’Afrique et a probablement atteint l’Europe depuis le sud-est il y a 42 000 ans au plus tard. Au cours de la dernière période glaciaire, il y a environ 33 000 à 20 000 ans, lorsqu’une calotte glaciaire permanente recouvrait le nord et certaines parties de l’Europe centrale, les humains modernes du sud-ouest de l’Europe ont été isolés des groupes plus à l’est.

Lorsque la calotte glaciaire s’est retirée, certains de ces chasseurs-cueilleurs ont finalement colonisé la Scandinavie par le sud il y a environ 11 700 ans, ce qui en fait l’une des dernières régions d’Europe à être habitée. Mais qui étaient exactement ces individus et comment ils y sont arrivés est resté un casse-tête pour les chercheurs. Nous avons maintenant séquencé les génomes de sept chasseurs-cueilleurs, datés de 9 500 à 6 000 ans, pour le savoir.

Découvrez un magnifique Fjord

L’une des raisons pour lesquelles les origines des premiers Scandinaves sont si énigmatiques est un changement majeur dans la technologie des outils en pierre qui est apparu peu après leur arrivée là-bas. Cette nouvelle technologie semble avoir son origine en Europe de l’Est et la question reste ouverte de savoir comment elle a atteint la Scandinavie.

Découvrez les Aurores Boréales

Migration précoce

Notre équipe de recherche interdisciplinaire a combiné des données génétiques et archéologiques avec des reconstitutions des calottes glaciaires pour enquêter sur les premiers peuples de la péninsule scandinave. Nous avons extrait l’ADN pour le séquençage des os et des dents des sept individus de la côte atlantique norvégienne et des îles baltes de Gotland et Stora Karlsö.

Nous avons ensuite comparé les données génomiques avec la variation génétique des chasseurs-cueilleurs contemporains d’autres régions d’Europe. À notre grande surprise, les chasseurs-cueilleurs de la côte atlantique norvégienne étaient génétiquement plus similaires aux populations contemporaines de l’est de la mer Baltique, tandis que les chasseurs-cueilleurs de ce qui est aujourd’hui la Suède étaient génétiquement plus similaires à ceux d’Europe centrale et occidentale. On pourrait dire que – en Scandinavie à cette époque – l’ouest géographique était l’est génétique et vice versa.

Cette contradiction entre génétique et géographie ne peut s’expliquer que par deux migrations principales en Scandinavie. Cela aurait commencé avec une impulsion initiale du sud – le Danemark et l’Allemagne d’aujourd’hui – qui a eu lieu il y a 11 700 ans juste après. Ensuite, il y aurait eu une migration supplémentaire du nord-est, suivant la côte atlantique du nord de la Finlande et de la Norvège devenant libre de glace.

Ces résultats, publiés dans PLOS Biology, concordent avec les observations archéologiques selon lesquelles les premières occurrences de la nouvelle technologie des outils en pierre en Scandinavie ont été enregistrées en Finlande, dans le nord-ouest de la Russie et en Norvège – il y a environ 10 300 ans. Ce type de technologie n’est apparu que plus tard dans le sud de la Suède et au Danemark.

Yeux bleus, cheveux blonds

Connaître les génomes de ces groupes de chasseurs-cueilleurs nous a également permis d’approfondir la dynamique des populations en Scandinavie à l’âge de pierre. Une conséquence du mélange des deux groupes était un nombre étonnamment élevé de variantes génétiques chez les chasseurs-cueilleurs scandinaves. Ces groupes étaient génétiquement plus diversifiés que les groupes qui vivaient à la fois en Europe centrale, occidentale et méridionale. Cela contraste fortement avec le modèle que nous voyons aujourd’hui, où l’on trouve plus de variation génétique dans le sud de l’Europe et moins dans le nord.

Les deux groupes qui sont venus en Scandinavie étaient à l’origine assez différents sur le plan génétique et présentaient des apparences physiques distinctes. Les gens du sud avaient les yeux bleus et la peau relativement foncée. Les gens du nord-est, en revanche, avaient une variation de la couleur des yeux et de la peau pâle.

À l’origine, les humains sont une espèce de climats plus chauds plus proches de l’équateur et nous faisons principalement face à des environnements difficiles avec un comportement et une technologie spécifiques. Cela comprend la fabrication de feux, de vêtements et d’équipements de chasse spécialisés. Cependant, à long terme, il existe également un potentiel d’adaptation par le biais de modifications génétiques.

Par exemple, nous avons constaté que les variantes génétiques associées à une pigmentation claire de la peau et des yeux étaient, en moyenne, plus fréquentes chez les chasseurs-cueilleurs scandinaves que leurs ancêtres d’autres parties de l’Europe. Les scientifiques pensent qu’une pigmentation claire de la peau aide les gens à mieux absorber la lumière du soleil et à en synthétiser la vitamine D.

Cela suggère que l’adaptation locale au climat des hautes latitudes associée à de faibles niveaux d’ensoleillement et de basses températures a eu lieu en Scandinavie après l’arrivée de ces groupes. En fait, cela est en accord avec le modèle mondial de pigmentation diminuant avec la distance à l’équateur.

Les peuples modernes du nord de l’Europe font remonter relativement peu d’ancêtres génétiques aux premiers Scandinaves que nous avons étudiés. C’est parce que plusieurs migrations ultérieures ont modifié le pool génétique scandinave au fil du temps. Nous savons que les migrations au cours de l’âge de pierre, de l’âge du bronze et des temps historiques ont apporté un nouveau matériel génétique ainsi que de nouvelles technologies, cultures et langues.

Le tableau est tout aussi complexe dans d’autres parties du monde. Espérons qu’il ne faudra pas longtemps avant que la génétique nous aide à établir une image détaillée de la façon dont les humains se sont propagés à travers le monde depuis notre émergence.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.

Source : La conversation / #NorwayTodayTravel

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no