L'actionnaire principal Jan Petter Sissener est toujours dans le doute après une réunion avec la direction de Flyr : - Nous n'avons pas pris de décision - 3

Le troisième actionnaire de Flyr, Jan Petter Sissener via le fonds Sissener Canopus, a déclaré mardi après-midi à DN, après avoir rencontré la direction de Flyr, qu’il n’a toujours pas décidé si le fonds participera à l’émission.

– Nous n’avons pas pris de décision. Nous poursuivrons le dialogue avec l’entreprise. Nous n’avons pas encore fini, dit-il à DN.

Comme on le sait, Flyr s’est donné un délai pour achever l’émission de crise de 430 millions de NOK d’ici la clôture des marchés mardi. Des changements dans la liste des actionnaires ont également montré mardi matin que le sixième plus grand actionnaire, l’investisseur privé Tellef Ormestad, a disparu de la liste des 50 premiers de Flyr.

Ne commentera pas l’actionnariat

Il ne confirmera ni n’infirmera l’actionnariat du fonds mardi, mais suggère en même temps qu’il est illogique de ne pas vendre.

– Mais tu es stupide si tu ne prends pas cette différence quand le prix du marché est de neuf øre et le prix d’émission est d’un øre, dit-il.

L’action Flyr a clôturé lundi à un cours de clôture d’un peu moins de neuf øre. et tombe encore huit pour cent mardi après-midi. Le taux du marché est maintenant d’environ huit øre. Sissener Canopus est cotée avec un peu moins de 30 millions d’actions Flyr.

– De quoi avez-vous discuté lors de la réunion ?

– Nous avons passé en revue la situation financière de l’entreprise, la situation de trésorerie, la consommation de trésorerie et la situation de la dette. Où voulez-vous être dans un, deux ans et ainsi de suite, dit Sissener.

Lorsqu’on lui a demandé s’il avait l’impression que Flyr terminerait le problème à la clôture des marchés mardi, le manager répond qu’il n’a reçu aucun signal de toute façon.

– Si vous n’êtes toujours pas convaincu d’injecter plus d’argent, quelle est la prochaine étape ?

– Ce n’est pas que nous n’avons pas été convaincus, mais que nous n’avons pas encore pu en discuter en interne. Nous y travaillons.

Assis sur la clôture

Au plus tard lundi, Sissener a déclaré à DN qu’ils n’avaient toujours pas décidé s’ils participeraient à l’émission d’actions.

– C’est un peu « damné si tu le fais, damné si tu ne le fais pas ». Après tout, ce ne sont pas vraiment des avions que nous allons faire fonctionner. La dernière fois que nous avons participé, nous avons pu « court » SAS, comme une « haie », et c’était amusant. Cela ne fonctionne pas maintenant. Je ne veux pas court-circuiter Norwegian, alors que Norse a si peu de liquidités que ce sera également difficile, a-t-il déclaré.

Le gestionnaire a ensuite réitéré son désir de faire venir des propriétaires institutionnels à Flyr, et a gardé la porte ouverte si l’on devait s’inscrire.

– Oui, s’il y a des institutions solides, alors ça peut le rendre plus tentant. Pour le bien du consommateur norvégien, j’espère qu’ils y parviendront. Si nous devons nous joindre en premier, je pense que ce doit être avec notre part relative, tout le reste n’a pas de sens, a déclaré Sissener, qui a déclaré que l’investissement Flyr ne représente qu’environ un demi pour cent de Sissener Canopus.

Hors de la liste des meilleurs

Mardi matin, des modifications de la liste des actionnaires ont montré que l’ancien sixième plus grand propriétaire, l’investisseur privé Ormestad, a vendu la totalité de ses quelque 20 millions d’actions dans la compagnie aérienne.

On ne sait pas exactement à quel prix il a vendu les actions et à quel prix il les a achetées, mais sur la base du cours de clôture d’hier d’un peu moins de neuf øre, la participation avait une valeur d’environ 1,8 million de NOK. DN estime la perte d’Ormestad sur l’investissement à environ 20 millions NOK.

Les mises à jour des listes d’actionnaires sont connues pour avoir un retard de quelques jours, ce qui peut signifier qu’Ormestad a peut-être racheté entre-temps. Cependant, cela signifie qu’il s’est probablement débarrassé des actions après la nouvelle de l’émission, qui a éclaté jeudi matin la semaine dernière.

Ormestad a déclaré à DN mardi matin qu’il n’avait aucun commentaire sur les questions liées à la vente ou à l’émission d’actions.

Forte dilution

Mardi matin, seul le fondateur, président et principal propriétaire Erik G. Braathen s’est engagé à souscrire des actions dans le cadre de l’émission de crise. Il crache dix millions de couronnes à travers son Ojada as.

En plus du placement privé, Flyr prévoit également effectuer un placement de réparation, pour les actionnaires existants qui ne sont pas autorisés à participer au placement privé.

Si Flyr réussit l’exercice financier, le total pourrait donc être de 530 millions de NOK. Cependant, si quelque chose tourne mal dans la question des réparations, les actionnaires d’aujourd’hui se retrouveront avec seulement 1,5 % de la société.

Si l’acquisition des 100 millions se passe bien, les actionnaires d’aujourd’hui auront la possibilité de détenir 20 % de la société refinancée.

Dans l’avis d’émission de jeudi la semaine dernière, Flyr a écrit que la période de souscription au placement privé devait se terminer aujourd’hui, mardi, à 16h30, mais que les organisateurs peuvent prolonger la période de souscription à court terme ou sans préavis.

(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.