Corrélation nulle entre les vents du nord et du sud. Il vaut son pesant d'or pour l'éolien offshore norvégien. - 3

Une analyse récente que nous avons effectuée sur les statistiques du vent montre qu’il n’y a pas de coïncidences temporelles systématiques entre le moment où il souffle dans la mer en dehors du sud de la Norvège et le moment où il souffle en dehors du nord de la Norvège.

C’est une bonne nouvelle pour les ambitions éoliennes offshore de la Norvège. Les résultats augmentent la probabilité que lorsque les clients de l’électricité ont besoin d’électricité, il y ait du vent à l’extérieur d’au moins une des régions du pays.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Cela augmentera la valeur de l’éolien offshore norvégien et réduira le besoin de mesures d’équilibrage dans le système électrique. Tout cela à condition que les parcs éoliens offshore ne soient pas regroupés.

Notre étude est basée sur 29 ans de données horaires sur le vent provenant des 15 zones que la Direction norvégienne des ressources en eau et de l’énergie (NVE) a précédemment identifiées comme zones possibles pour le développement éolien offshore.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Les zones s’étendent de Sørlige North Sea II à l’extrême sud, à Sandskallen à l’extérieur de Vest-Finnmark. Dans l’étude, nous avons également inclus trois zones en dehors d’autres pays de la mer du Nord : une sur le Doggerbank britannique, une près de la côte du Jutland et une dans la partie allemande de la mer Baltique.

Ce que nous avons recherché, ce sont des liens possibles – une corrélation statistique – entre quand il y a du vent et où. La principale conclusion est que la brise de mer au nord et au sud n’a pas de co-variation systématique l’une avec l’autre. Cela rendra la production éolienne offshore totale plus stable et nous évitera des fluctuations de production qui seraient plus exigeantes à gérer.

« Covariation » et « corrélation » sont donc synonymes. Un chiffre de corrélation de un signifie une covariation complète. Donc : s’il souffle au sud, il souffle toujours au nord aussi.

Si le nombre est zéro, une telle connexion n’existe pas.

Si le nombre devient moins un, la relation est inverse. S’il souffle au sud, il ne souffle jamais au nord en même temps. Et vice versa.

Nos découvertes montrent que :

  • La est co-variation statistique entre le moment où il y a du vent en dehors du sud de la Norvège et aux endroits mentionnés dans les eaux britanniques, danoises et allemandes, mais la corrélation est plus proche de la moitié que de un.
  • C’est approximatif non co-variation statistique entre le moment où il souffle en dehors du sud de la Norvège / du nord de l’Europe et le moment où il souffle dans la mer depuis le centre de la Norvège et vers le nord. Ici, le chiffre de corrélation est proche de zéro. La fracture météo fonctionne à peu près à Stadt.

C’est pourquoi il est si important que les parcs éoliens soient répartis.

Les résultats proviennent d’études en cours dans le centre de recherche FME Northwind – l’une des équipes nationales du Conseil de la recherche sur les énergies renouvelables, et du projet de recherche norvégien Green platform Ocean Grid.

Les résultats sont hyper pertinents à la lumière des plans éoliens offshore que le gouvernement a annoncés cet été. D’ici 2040, la Norvège doit allouer des zones offshore d’une capacité éolienne totale de 30 gigawatts (GW).

C’est-à-dire des parcs éoliens offshore d’une capacité totale proche de la somme de toutes les centrales hydroélectriques norvégiennes. Rien de moins.

Dans ce secteur en plein essor, les producteurs seraient dans le pétrin s’il soufflait toujours la même quantité – ou peu – partout. Alors tout le monde aurait dû mettre ses kilowattheures sur le marché en même temps. Dans de telles périodes, le prix de l’électricité chuterait et réduirait les revenus des producteurs.

Sans l’agréable absence de co-variation entre les rafales de vent au nord et au sud, la production d’électricité des parcs éoliens offshore deviendrait également plus variable. Ensuite, le besoin d’équilibrage augmenterait. En d’autres termes, l’utilisation de l’hydroélectricité ou d’une autre flexibilité du système électrique pour faire aller de pair la consommation et la production.

Si les parcs éoliens offshore sont étalés, le besoin de telles mesures d’équilibrage sera moindre.

Une autre observation importante concerne les variations saisonnières que nous détectons. Dans toutes les régions citées, il y a plus de vent en hiver – la saison la plus consommatrice d’énergie – qu’en été. Cela signifie que le besoin d’équilibrage se manifestera principalement sur de courtes périodes de temps, c’est-à-dire d’heure en heure ou de jour en jour, et dans une moindre mesure entre les saisons ou les années.

Certains peuvent objecter qu’il n’y a pas besoin d’énergie éolienne offshore dans le nord puisque les prix de l’électricité y sont si bas maintenant. Mais une étude récente sur le système électrique que Sintef a réalisée pour Energi i Nord montre que le nord de la Norvège connaîtra un déficit d’électricité au début des années 2030 si la production d’électricité n’est pas développée. L’éolien offshore dans le nord peut ainsi également être la clé de la réalisation de plusieurs projets industriels et de conversion d’énergie verte dans la région.

Nos conclusions abordent également un sujet très controversé : le manque d’échange d’électricité en interne en Norvège. Le développement de réseaux à grande échelle sur terre s’enlisera facilement dans des débats monstres sur les mâts. Alors pourquoi ne pas commencer à calculer ce qu’il en coûtera – et ce que nous gagnerons – pour relier le royaume de l’électricité via un réseau portuaire qui transporte l’énergie éolienne offshore et terrestre dans des câbles sous-marins le long de la côte norvégienne ?

Dans toutes les régions citées, il y a plus de vent en hiver – la saison la plus consommatrice d’énergie – qu’en été.


(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.