La libération et les anciens combattants sont célébrés - 31

Le prince héritier Haakon et d’autres hauts fonctionnaires se sont réunis dans tout le pays cette semaine pour honorer les vétérans de l’armée norvégienne et célébrer la libération de la Norvège de l’occupation allemande nazie après la Seconde Guerre mondiale. En même temps, ils ont tous été avertis que la défense et la préparation actuelles de la Norvège sont terriblement inadéquates, alors que ces deux éléments sont plus nécessaires qu’ils ne l’ont été depuis des années.

Le prince héritier Haakon (saluant à droite) a dû assumer seul les fonctions de la fête de la libération lundi, après que son père, le roi Harald V, a été soudainement hospitalisé pour une infection. Le prince héritier a été accueilli par les hauts responsables de la défense, le premier ministre, le ministre de la défense et le président du Parlement avant de déposer une gerbe au monument national de la forteresse d’Akershus. PHOTO : Forsvaret/Maria Selnes

Des commémorations et des réceptions ont été organisées du nord au sud pour rendre hommage aux héros tombés au combat et à ceux qui sont encore en vie pour leurs actes de bravoure. Le plus important était de montrer comment la Norvège, rapidement tombée aux mains des forces d’invasion de l’Allemagne nazie au printemps 1940, a finalement recouvré sa liberté en 1945 avec l’aide de ses forces de résistance et de ses alliés. Le gouvernement norvégien a donc tenu à faire partie des membres fondateurs de l’OTAN quatre ans plus tard. « Plus jamais un 9 avril (date du début de l’invasion en 1940) est devenue une devise populaire.

La libération et les anciens combattants sont célébrés - 33
Ces couronnes ont été déposées le jour de la libération et des anciens combattants devant un monument à la bravoure à Bodø, où la principale base aérienne norvégienne dans le nord pourrait être réaménagée en logements et en commerces. PHOTO : Forsvaret/Helene Synes

Toutefois, lorsque la guerre froide a pris fin au début des années 1990, la défense a perdu une grande partie de sa priorité en Norvège. Après l’effondrement de l’Union soviétique, la Russie était considérée comme une amie plutôt qu’une ennemie. Les Russes et les Norvégiens ont été de bons voisins dans la zone frontalière de l’Arctique pendant des siècles et peu de gens au Finnmark oublient que c’est l’Armée rouge soviétique qui a franchi la frontière en 1944 et a repoussé les dernières forces allemandes nazies. Les Soviétiques ont joué un rôle clé dans la libération de la Norvège au nord, bien avant la fin de la guerre, le 8 mai 1945, et ce rôle est reconnu depuis longtemps lors des cérémonies de la Journée de la libération et de la Journée des anciens combattants.

Lorsque la Russie est redevenue, dans les années 1990, un pays plus ouvert bien qu’en proie à des difficultés économiques, les relations transfrontalières se sont intensifiées tandis que les dépenses de défense diminuaient. La présence militaire dans les comtés septentrionaux de Finnmark et de Troms a été réduite dans les années qui ont suivi l’effondrement de l’Union soviétique, et certaines bases ont été pratiquement fermées. Alors même que le président russe Vladimir Poutine devenait plus autoritaire et permettait aux oligarques de prendre le contrôle des ressources naturelles russes, les hommes politiques norvégiens ne semblaient pas s’inquiéter de la nécessité de reconstruire la défense. La Norvège a soutenu les efforts en faveur de la démocratie en Ukraine, mais la défense nationale n’était pas une priorité absolue, même après l’invasion de la Crimée par Poutine en 2014. Au lieu de cela, la Norvège se considérait comme « les yeux et les oreilles de l’OTAN dans l’Arctique », capable d’apporter son aide grâce à ses connaissances et à son expérience locales, mais totalement dépendante des alliés de l’OTAN pour sa défense.

L’invasion de l’Ukraine par Poutine l’année dernière a été un réveil brutal, et maintenant les alarmes sonnent à plein régime, surtout après la publication la semaine dernière d’une évaluation très critique des capacités de défense de la Norvège. Une commission gouvernementale mise en place il y a deux ans pour évaluer l’état de préparation et les capacités militaires a appelé sans détour à un renforcement immédiat de l’armée. Au moins 30 milliards de couronnes norvégiennes supplémentaires d’investissement sont nécessaires immédiatement, a déclaré le chef de la commission, Knut Storberget, un ancien ministre du gouvernement lui-même issu du parti travailliste. Ensuite, il faudra investir au moins 40 milliards de couronnes norvégiennes par an au cours de la prochaine décennie. Et l’argent doit être mieux dépensé dans l’achat de nouvelles frégates, d’hélicoptères, de technologies, de systèmes de défense aérienne et, surtout, de munitions.

La libération et les anciens combattants sont célébrés - 35
L’ancien ministre Knut Storberget a dirigé la commission chargée d’étudier les dépenses et les capacités de la Norvège en matière de défense et n’a pas mâché ses mots quant à leur insuffisance. PHOTO : Forsvaret/Torbjørn Kjosvold

« Nous nous trouvons dans une nouvelle situation en matière de politique de sécurité », a déclaré M. Storberget. « L’Europe doit assumer une plus grande responsabilité pour sa propre sécurité. La capacité de défense de la Norvège n’est pas adaptée à ce défi. Il a appelé à une planification à plus long terme, à la prévisibilité et au consensus politique pour investir « dans ce qui est le plus important : notre paix et notre liberté ».

Il s’agissait d’un discours ferme destiné à réveiller le Parlement et le gouvernement, qui avait tenté de passer à l’offensive la veille. Le ministre de la Défense, Bjørn Arild Gram, du Parti du centre, le Premier ministre Jonas Gahr Støre et le ministre des Finances Trygve Slagsvold Vedum ont convoqué une conférence de presse pour annoncer leurs propres dépenses importantes en matière de défense : environ 11 milliards de couronnes norvégiennes supplémentaires d’ici 2026, date à laquelle la Norvège doit atteindre l’objectif de l’OTAN selon lequel chaque membre de l’alliance doit consacrer au moins 2 % de son PNB à la défense. La Norvège est loin d’avoir atteint l’objectif qu’elle s’était engagée à respecter : elle n’a dépensé que 1,57 % l’année dernière et 1,43 % cette année, selon les estimations, car le PNB de la Norvège a beaucoup augmenté, assez ironiquement, grâce aux bénéfices de guerre tirés des ventes de gaz à l’Europe après la coupure du gaz russe. Seuls sept membres de l’OTAN ont atteint l’objectif de 2 % de dépenses, mais la Norvège est loin derrière ses collègues de l’OTAN, notamment les États-Unis et le Royaume-Uni.

La libération et les anciens combattants sont célébrés - 37
Le Premier ministre Jonas Gahr Støre, que l’on voit ici s’exprimer lors de la cérémonie de la Journée de la libération et des anciens combattants, lundi à Oslo, doit maintenant atteindre les objectifs de l’OTAN et améliorer radicalement la capacité de défense de la Norvège. Et ce, rapidement. PHOTO : Forsvaret/Torbjørn Kjosvold

M. Støre doit éviter de s’attirer des ennuis lors du sommet de l’OTAN en juillet, au cours duquel tous les membres de l’Alliance doivent dévoiler leur situation actuelle et leurs plans pour consacrer 2 % de leur PNB à la défense. Il serait embarrassant que la Norvège, l’un des pays les plus riches du monde, n’atteigne pas son objectif. Le commentateur Sverre Strandhagen a qualifié la conférence de presse de M. Støre de « manœuvre intelligente ». À tout le moins, elle a prouvé que la meilleure défense est une bonne attaque.

La commission Storberget n’a cependant pas été très impressionnée. Elle a critiqué non seulement le manque de défense de la Norvège, mais aussi la façon dont le ministère de la Défense dépense l’argent dont il dispose. La commission recommande à l’armée de terre, à la marine et à l’armée de l’air de mettre de côté les exigences spéciales et les modifications qu’elles demandent lorsqu’elles commandent tout, des chars aux avions à réaction, et d’acheter à la place davantage d’équipements « prêts à l’emploi » qui réduiraient les coûts et accéléreraient la livraison. Les procédures militaires d’achat et de gestion des projets prennent beaucoup trop de temps, s’enlisent dans les détails et rendent les projets difficiles à piloter. Les modifications spéciales peuvent retarder la livraison.

La libération et les anciens combattants sont célébrés - 39
Deux des nouveaux avions de combat norvégiens F35A ont survolé les cérémonies du Jour de la Libération à Oslo. D’autres exemplaires sont sur le point d’être livrés. PHOTO : Forsvaret/Torbjørn Kjosvold

Il y a également des retards considérables dans l’achat de munitions et une trop grande quantité est transférée en même temps, ce qui rend la Norvège vulnérable dans une phase de transition. La Norvège a un besoin urgent d’hélicoptères, de frégates et de sous-marins, dont certains sont en commande. La Norvège a commandé, par exemple, quatre nouveaux sous-marins à l’Allemagne, mais les officiers et les chercheurs estiment qu’il en faudrait sept ou huit. La Norvège achète également six hélicoptères américains Seahawk pour les garde-côtes.

Les nouveaux fonds alloués par le gouvernement sont destinés aux Seahawks, aux munitions d’artillerie et aux investissements dans les systèmes de communication pour les sous-marins. La base d’avions de chasse d’Øland sera également renforcée, avec 446 millions de couronnes norvégiennes affectés aux bâtiments et aux systèmes de défense aérienne nécessaires, ainsi qu’au financement d’une nouvelle piste d’atterrissage principale et de systèmes de sécurité. La Norvège a envoyé de nombreuses munitions et d’autres matériels de défense à l’Ukraine, mais elle a maintenant besoin de plus pour elle-même.

La libération et les anciens combattants sont célébrés - 41
Le chef de la défense, Eirik Kristoffersen (au centre), a posé avec le défenseur des vétérans, Per Christian Jacobsen, lors des cérémonies commémoratives qui se sont déroulées lundi. Il présentera bientôt ses propres recommandations pour renforcer la défense. A droite, le Sgt Maj Rune Wenneberg. PHOTO : Forsvaret/Torbjørn Kjosvold

Les conclusions et les critiques de la commission n’ont pas été une surprise. Le chef de la défense, Eirik Kristoffersen, a demandé plus de financement et d’acquisitions et est d’accord avec les recherches récentes selon lesquelles la Norvège ne pourrait pas faire face à une situation de guerre sur son territoire. Il en va de même pour l’institut de recherche sur la défense FFI : « Le ministère de la défense n’est pas en mesure de répondre à ses besoins dans les scénarios les plus exigeants », indique un rapport de FFI publié en mars, l’expression « scénarios exigeants » désignant la guerre. L’armée est également confrontée à des problèmes de logistique, de préparation, de communication, d’économie et de personnel médical. Ironiquement, pour un pays producteur de pétrole, FFI prévient qu’en cas d’urgence, l’armée norvégienne aurait du mal à fournir suffisamment de carburant pour les équipements qui en ont besoin.

FFI s’est montrée particulièrement critique à l’égard des systèmes de défense antiaérienne de la Norvège et de sa capacité à faire face à la guerre sous-marine et aux menaces hydbrides. L’armée norvégienne est également sous-financée et manque de personnel. Il faudrait beaucoup plus de soldats.

La libération et les anciens combattants sont célébrés - 43
Le ministre de la Défense, Bjørn Arild Gram, du Parti du centre, était sur la défensive après avoir reçu le rapport de la commission gouvernementale sur l’état déplorable de la défense norvégienne. PHOTO : Forsvaret/Torbjørn Kjosvold

« Nous avons une défense qui semble bonne en temps de paix mais qui ne fonctionnera pas en temps de guerre », a déclaré le lieutenant-colonel Harald Høiback au journal Morgenbladet lorsque le rapport de FFI a été publié. « Nous avons dépensé de l’argent pour établir une présence visible qui crée des emplois dans les circonscriptions électorales. Il fait partie de ceux qui croient fermement que les problèmes ont commencé avec l’effondrement de l’Union soviétique. « L’impression générale était que la guerre sur le territoire norvégien était aussi peu pertinente que d’avoir peur des loups-garous ou d’être vendu comme esclave. La guerre a atterri dans la poubelle de l’histoire ».

M. Høiback, qui est également titulaire d’une maîtrise en histoire et d’un doctorat en philosophie, pense que la peur de la guerre en Norvège a disparu dans les années 1990, ce qui a conduit à des réorganisations constantes, au démantèlement d’un overcommando et à la façon dont les chefs de la défense « ont commencé à penser politiquement » au lieu de laisser cette tâche aux politiciens. Il espère que l’adhésion de la Finlande à l’OTAN, et éventuellement de la Suède, renforcera la sécurité, mais il met en garde contre le fait que les Norvégiens attendent de l’OTAN qu’elle renforce la leur.

La libération et les anciens combattants sont célébrés - 45
La commission sur la défense nommée par le gouvernement pourrait enfin débloquer davantage d’investissements pour assurer la sécurité de la Norvège. PHOTO : Forsvaret/Torbjørn Kjosvold

Il y a quelques points positifs : L’est de la Norvège pourrait disposer de ses propres forces armées au lieu de dépendre de la Garde nationale. Les navires et les avions de Poutine qui se trouvent sur le territoire norvégien ou à proximité font l’objet d’une surveillance beaucoup plus étroite et sont désormais plus largement considérés comme des menaces potentielles. Des porte-parole militaires ont confirmé l’hiver dernier que des « drones étrangers » avaient été vus en train de voler autour des exercices de l’OTAN « et il serait naïf de penser qu’ils ne sont pas utilisés par des agences de renseignement étrangères », probablement russes.

La plus grande question est de savoir si le risque d’une attaque est réellement élevé à l’heure actuelle. Strandhagen dans DN écrit que la Norvège est confrontée au même type d’attaque que les pays baltes et que l’arrivée des alliés de l’OTAN peut prendre du temps. La présence militaire américaine en Norvège s’est accrue au cours des dernières années, soulevant un débat sur la politique de la base, mais les États-Unis peuvent être distraits par les menaces de la Chine dans le Pacifique et opter pour la défense de Taïwan. Il peut être difficile pour les États-Unis de s’engager à nouveau dans des conflits de part et d’autre de la planète.

Strandhagen note que même si des navires de guerre, des sous-marins et des forces marines américains sont présents sur le territoire norvégien, il n’est pas certain que les menaces soient considérées comme suffisamment inquiétantes pour réagir, d’autant plus que « le plus grand ensemble d’armes nucléaires stratégiques au monde se trouve à Kola », la péninsule russe située juste à l’est de Kirkenes.

Il faut peut-être augmenter le facteur de peur
Le commentateur Aslak Bonde, écrivant dans Morgenbladetestime que le niveau de peur doit être plus élevé qu’il ne l’est actuellement afin d’obtenir le soutien politique nécessaire pour augmenter le budget de la défense autant que le recommande la commission. Si la Russie devait couper l’approvisionnement en gaz de la Norvège vers l’Europe ou attaquer la Norvège, cela déclencherait une guerre mondiale, ce qui est encore considéré comme improbable. « Même dans les décennies à venir, il est difficile de croire que les dirigeants russes pensent pouvoir gagner une telle guerre », écrit M. Bonde.

Le rapport de la commission prévient toutefois que la Norvège et le reste du monde pourraient se retrouver avec une Russie humiliée, brutalisée et imprévisible, dont une grande partie de la force navale et aérienne serait intacte. La Russie pourrait également reconstituer sa puissance militaire conventionnelle perdue dans sa guerre contre l’Ukraine. Le rapport conclut que la Russie « peut nous menacer de diverses manières ».

Le ministre de la Défense, M. Gram, et ses collègues du gouvernement sont en train d’étudier le rapport de la commission. Les membres du Parlement font de même. Le chef de la commission, M. Storberget, espère un large consensus avec des engagements pour améliorer radicalement et rapidement la défense.

« Le gouvernement renforce la défense avec plus d’argent, plus de personnel et plus de matériel », a déclaré M. Gram. « Nous continuerons à le faire. Il est absolument nécessaire que nous consacrions une plus grande partie de nos ressources à notre défense. »

NewsinEnglish.no/Nina Berglund