- C'est encore juste le nom - 7

Les experts n’en croyaient pas leurs yeux à ce qu’ils ont vu dimanche à Alfheim. Ils pensent que le Rosenborg actuel est le pire depuis près de 50 ans.

TEMPS DIFFICILE : Le capitaine Erlend Dahl Reitan est désespéré après la défaite face à Rosenborg.

Tromsø a balayé les Trønders et a gagné 3-1. Après 21 matchs, Rosenborg est neuvième du classement.

Le rédacteur sportif d’iTromsø, Rune Robertson, a vu TIL rencontrer Rosenborg à Alfheim pour la première fois en 1990. Il était également présent dimanche.

– Je n’ai jamais rien vu de tel de Rosenborg. Il faut probablement remonter au début des années 1980 pour voir quelque chose de similaire. Ils n’étaient même pas l’ombre d’eux-mêmes. Rosenborg ne regarda pas du tout. Je ne comprends pas s’il n’y a pas de crise là-bas, dit Robertson à VG.

ÉDITEUR SPORTIF : Rune Robertson à Itromsø était à Alfheim dimanche.

ÉDITEUR SPORTIF : Rune Robertson à Itromsø était à Alfheim dimanche.

Que pensez-vous de Rosenborg en 2023 ?

Il parle d’une équipe TIL qui a écrasé les invités.

– C’est de loin la pire version que j’ai vue de Rosenborg. Il ne reste plus que le nom, dit Robertson.

Il était presque épuisé chez Alfheim. Tromsø est occupée pendant la journée et le nom Rosenborg facilite la vente des billets. Le commentateur de Nidaros, Otto Ulseth, est également choqué par la gravité de Rosenborg.

– C’est le Rosenborg le plus faible que j’ai vu depuis 1987. Non, je pense qu’il faut remonter à 1977 pour trouver un Rosenborg plus faible. Puis ils ont déménagé, raconte Ulseth à VG avant de critiquer la direction du club :

– Le principal problème est qu’il y a trop peu de compétences à tous les niveaux de la direction et du conseil d’administration. Le président, le vice-président et le directeur général ont trop peu de connaissances en la matière.

Tromsø a livré cette délicieuse bisque à Alfheim :

La présidente Cecilie Gotaas Johnsen répond comme suit à la déclaration du commentateur à VG :

– Les commentaires d’Otto Ulseth doivent être à ses frais. Nous avons été élus par les membres du club pour gérer Rosenborg de la meilleure façon possible, ce sur quoi nous nous concentrons chaque jour.

Ulseth a déjà entraîné Tromsø et était entraîneur adjoint sous Egil « Drillo » Olsen. Il estime que ce n’était absolument pas le bon moment pour nommer Svein Maalen comme entraîneur. Il a pris la relève lorsque Kjetil Rekdal a été limogé le 16 juin.

– Maalen est qualifié et compétent avec un grand potentiel. Mais c’était risqué de le lancer maintenant. Il aurait pu être un entraîneur-chef potentiel pour Rosenborg à l’avenir, mais cela pourrait être ruiné maintenant, dit Ulseth.

Après le match de dimanche, il a pris la plume et a écrit la punchline suivante dans un commentaire pour son propre journal :

« Si le conseil d’administration du RBK ne se réunit pas pour une réunion de crise à huit heures demain matin, il n’y sera jamais obligé »

– Rosenborg était une équipe passivement stagnante, ils n’avaient aucune ambition de se créer des occasions de marquer, dit Ulseth et ajoute que Tromsø était bon.

RETOURNENT À LA MAISON AVEC UNE PERTE : l'entraîneur de Rosenborg Svein Maalen (ème) et l'entraîneur adjoint Trond Henriksen à Alfheim dimanche.

RETOURNENT À LA MAISON AVEC UNE PERTE : l’entraîneur de Rosenborg Svein Maalen (ème) et l’entraîneur adjoint Trond Henriksen à Alfheim dimanche.

Anders Mo Hansen est directeur sportif chez Nordlys. Il assiste à des matchs de football à Alfheim depuis plus de 20 ans.

– Je n’ai jamais vu Tromsø écraser le RBK comme ils l’ont fait en première mi-temps. Rosenborg n’a pas réussi à mettre la main sur TIL. L’équipe locale est arrivée vague après vague. C’était étrange à voir. Ce sont deux clubs dans deux mondes complètement différents en termes d’argent et de ressources, mais sur le terrain, c’était complètement différent. Rosenborg a été dominé, dit Mo Hansen.

Il était surpris.

– C’était choquant de voir que Rosenborg n’était pas bien préparé à la façon dont joue Tromsø, dit Mo Hansen.

Tromsø occupe la troisième place, trois points derrière Bodø/Glimt et Viking.

Tromsø a également pris feu cette année :