Maintenant, Thea et Jenny sont prêtes ensemble pour les Jeux olympiques - 7

Ils ont brisé une barrière. Thea Helseth (27 ans) et Jenny Rørvik (27 ans) sont devenues amies dès le premier jour d’école. Le duo a reçu « le couteau sous la gorge » cet été. Ils ont répondu présents en se qualifiant pour les JO de Paris.

QUALIFIÉES OLYMPIQUES : Jenny Rørvik (à gauche) et Thea Helseth.

Les émotions sont nombreuses pour les rameurs d’Ålesund après avoir détourné le ticket olympique avec la 9e place aux Championnats du monde dimanche.

– Nous pensons à cette journée depuis si longtemps. Enfin…, dit Thea Helseth à VG.

Les larmes viennent. Elle a besoin de faire une petite pause.

– Il y a eu énormément d’émotion. À l’heure actuelle, cela signifie tout ce que nous avons accompli, dit-elle.

Il n’y a pas eu de rameuses norvégiennes aux Jeux olympiques depuis 27 ans. Jenny et Thea – nées à 28 jours d’intervalle en 1996 – étaient bébés lorsque Kristine Bjerkenes et Kristine Klaveness ont terminé 7èmes aux Jeux olympiques d’Atlanta.

Dimanche, seulement 2,59 secondes séparaient les six doubles de couple lors de la finale B. Mais Helseth et Rørvik ont ​​décroché la place olympique dans la course dramatique de Belgrade.

– Toute l’adversité que nous avons rencontrée en vaut la peine lorsque nous vivons cette expérience, dit Jenny Rørvik.

12 ANS : Jenny Rørvik (à gauche) et Thea Helseth après leur première compétition en 2008.

12 ANS : Jenny Rørvik (à gauche) et Thea Helseth après leur première compétition en 2008.

Les filles ont commencé ensemble en 1re année à l’école Volsdalen à Sunnmøre en 2002.

– Depuis, nous sommes ensemble tous les jours, dit Jenny.

– Il n’y a personne avec qui j’ai été plus que Jenny, confirme Théa.

Son frère, Martin Helseth, est également rameur de l’équipe nationale. Grâce à son frère, elle a commencé à ramer à l’âge de 11 ans. Mais je pensais que c’était ennuyeux. C’est pourquoi elle a demandé à sa bonne camarade de classe si elle ne pouvait pas également rejoindre le club d’aviron d’Ålesund.

– J’ai dit « d’accord alors », rigole Jenny Rørvik.

DANS LE MÊME BATEAU : Jenny Rørvik (à gauche) et Thea Helseth ont presque toujours ramé ensemble.

DANS LE MÊME BATEAU : Jenny Rørvik (à gauche) et Thea Helseth ont presque toujours ramé ensemble.

Depuis, ils sont – le plus souvent – ​​dans le même bateau.

– Je pense que c’est un avantage que nous nous connaissions si bien. C’est assez spécial de faire cela avec un si bon ami, dit Jenny.

– Nous avons traversé beaucoup d’adversité ensemble, mais nous avons la foi que nous y parviendrons. Je n’aurais pas pu le faire sans Thea, ajoute-t-elle.

– Nous avons confiance l’un en l’autre et osons aborder le sujet même lorsque l’ambiance n’est pas au meilleur de sa forme. Nous travaillons très bien ensemble. Nous sommes comme des sœurs, confirme Thea Helseth.

Le chemin vers le billet olympique a été difficile.

Ils avaient parié ensemble l’année dernière et ont répondu présents avec une 10ème place aux Championnats du Monde. Mais devant cela se trouvait le double godillele double godilleBateau de compétition avec deux personnes et quatre rames. détruit en faveur d’un double quatredouble quatreBateau de compétition avec quatre personnes et huit rames.. Les chances de qualification pour les Jeux olympiques étaient considérées comme plus grandes sur ce type de bateau.

– Nous pourrions penser qu’il est stupide de tester quelque chose comme ça lors d’une année de qualification, déclare Jenny Rørvik.

Mais une semaine avant la finale de la Coupe du monde en juillet, la direction de l’équipe nationale a fait volte-face.

– On s’est mis le couteau sous la gorge. Si nous n’étions pas performants, les entraîneurs et le personnel de soutien ne savaient pas ce qui allait se passer ensuite. Nous allions ramer pour la vie. Et nous l’avons fait, explique Jenny Rørvik.

– Nous avons eu une semaine pour nous préparer en deux de couple. Peut-être que nous avons eu le coup de pied dans le dos dont nous avions besoin. Nous ne nous sentions pas en sécurité, poursuit Thea Helseth.

Ils ont atteint la finale A et ont terminé sixième à Lucerne. Le niveau était suffisant pour une qualification olympique. Lors des Championnats du monde en Serbie, ils ont enchaîné au même niveau.

– Un grand soulagement, décrit Jenny Rørvik.

– Nous sommes désormais tout à fait prêts à travailler davantage et à pouvoir franchir le pas aux Jeux olympiques, déclare Thea Helseth.