Vue générale de la banque centrale norvégienne à Oslo

Vue générale de la banque centrale norvégienne à Oslo, Norvège, le 6 mars 2018. Photo prise le 6 mars 2018. REUTERS/Gwladys Fouche/photo d’archives Acquérir les droits de licence

  • Toutes les classes d’actifs ont perdu de la valeur
  • Le fonds est peu exposé à Israël
  • Préoccupé par le risque de guerre régionale

OSLO, 24 octobre (Reuters) – Le fonds souverain norvégien, le plus important au monde avec ses 1 400 milliards de dollars, a enregistré une perte de 374 milliards de couronnes (33,80 milliards de dollars) au troisième trimestre, a-t-il annoncé mardi, après avoir subi de fortes baisses de la valeur des actions et des obligations.

Le retour sur investissement du fonds a été de moins 2,1% pour la période juillet-septembre, soit 0,17 point de pourcentage de plus que le rendement de son indice de référence.

Les actions – sa principale classe d’actifs, représentant 70,6 % de sa valeur au cours du trimestre – ont enregistré une perte de 2,1 %. Les investissements à revenu fixe, qui représentent un peu plus d’un quart de ses actifs, ont enregistré une perte de 2,2 %, et les actifs immobiliers de 3,3 %.

La nature généralisée de la baisse « indique peut-être qu’il y a un facteur macroéconomique fondamental qui l’alimente et … l’un d’entre eux serait la hausse continue des taux d’intérêt », a déclaré Trond Grande, le directeur général adjoint, à Reuters.

Reuters Graphics Reuters Graphics
Reuters Graphics Reuters Graphics

Au cours de l’année écoulée, les actions ont surperformé par rapport aux autres classes d’actifs, a déclaré M. Grande.

Mais là aussi, le fonds avait « un peu d’inquiétude », a déclaré M. Grande, car la croissance était « vraiment concentrée sur quelques très grandes entreprises technologiques américaines ».

À la question de savoir s’il voyait un risque plus élevé de correction des marchés aujourd’hui qu’il y a trois mois, M. Grande a répondu par la négative.

Néanmoins, « nous avons prévenu que nous venions d’une période assez longue de faibles taux d’intérêt et de politiques fiscales expansives », a-t-il déclaré.

« Lorsque les taux d’intérêt augmentent autant et aussi rapidement, il est évident que certaines entreprises devront se refinancer et se financer à des taux plus élevés. La question est de savoir si elles sont toutes bien placées pour le faire avec la rentabilité voulue. »

ISRAËL

Concernant la guerre entre Israël et le Hamas, le fonds est peu exposé, avec 0,1% de ses investissements détenus en Israël, soit 20,4 milliards de couronnes, au 6 octobre, veille du début du conflit.

Le fonds n’a pas modifié sa stratégie d’investissement dans ce pays, mais il surveille la situation, avait-il déclaré précédemment à Reuters.

« Dans la mesure où ce conflit pourrait se transformer en un conflit plus important et plus régional, c’est évidemment préoccupant », a déclaré M. Grande mardi.

(1 $ = 11,0656 couronnes norvégiennes)

Reportage de Gwladys Fouche ; Rédaction de Terje Solsvik et Jan Harvey

Nos normes : Les principes de Thomson Reuters Trust.

Acquérir des droits de licence, ouvre un nouvel onglet
Le fonds norvégien affiche une perte de 34 milliards de dollars au troisième trimestre - 13

Elle supervise la couverture de l’actualité norvégienne pour Reuters et adore se rendre au Svalbard, dans l’Arctique, sur les plateformes pétrolières de la mer du Nord, et deviner qui va remporter le prix Nobel de la paix. Née en France et employée par Reuters depuis 2010, elle a travaillé pour The Guardian, l’Agence France-Presse et Al Jazeera English, entre autres, et parle quatre langues.