Facebook en place à Oslo - 3
Le Premier ministre Erna Solberg ouvre le bureau de Facebook à Oslo. Photo : Terje Pedersen / NTB scanpix

Facebook s’implante en Norvège avec un bureau, pour mieux servir les annonceurs qui fuient les médias traditionnels.

Jusqu’à présent, le géant mondial du Web avait Stockholm comme seul bureau permanent en Scandinavie. En janvier de cette année, Facebook a annoncé qu’ils s’établiraient également à Oslo.
– Nous sommes ravis de nous rapprocher des marques et des annonceurs norvégiens, a déclaré le Country Manager Rune Paul Seth à Media 24. Mardi, le bureau d’Oslo a officiellement ouvert ses portes avec les salutations du Premier ministre Erna Solberg.

Découvrez un magnifique Fjord

Il s’agit d’annonces
L’analyste des médias et développeur de concepts chez iNord, propriété de Polaris, Marius Karlsen, affirme que la Norvège est un marché passionnant pour Facebook.
– Il s’agit en grande partie de l’argent publicitaire et d’être plus accessible aux annonceurs. C’est dans la publicité que se trouve tout le plaisir, à la fois pour Google et pour Facebook. Par conséquent, les vendeurs y seront postés, a déclaré Karlsen.

Déclin numérique
Ces dernières années, Facebook et Google ont été de sérieux concurrents pour l’argent publicitaire des grands médias norvégiens. L’organisation professionnelle INMA publie des rapports mensuels sur les ventes sur le marché de la publicité numérique.
Sur l’ensemble de l’année, les revenus ont baissé par rapport au même mois de l’année dernière. En avril, il était de 9 % inférieur à ce qu’il était en avril 2015.

Allez voir les Baleines en Catamaran

– L’argent est déplacé des médias norvégiens vers Facebook et Google, est la principale explication du PDG Kenneth Eriksen.

Axé sur les objectifs
Pourtant, le secteur des entreprises utilise une grande partie de son budget marketing sur les médias traditionnels.
-La plupart des maisons de presse rapportent qu’elles ont entre 60 et 70 pour cent de leurs revenus dans les journaux traditionnels. C’est pourquoi il est trop rapide de supposer que 60 à 70 des annonceurs atteignent mieux leurs groupes cibles que sur d’autres canaux. Facebook le sait. Ils sont moins chers et peuvent cibler leurs publicités de manière très précise, explique Marius Karlsen à l’agence de presse NTB.