Vendredi, le péage sur l'importation d'aliments est levé - 3

Vendredi, le péage sur l’importation d’aliments est levé

Vendredi, les droits de douane sont supprimés sur les importations d’aliments pour animaux pour aider les agriculteurs touchés par la sécheresse. Au cours du seul mois dernier, 30 importateurs se sont enregistrés auprès de l’Autorité norvégienne de sécurité des aliments (Mattilsynet).

– Nous devons utiliser toutes les mesures à notre disposition pour remédier à cette situation, déclare le leader de l’Association des petits agriculteurs, Merete Furuberg.

Elle est comme de nombreux agriculteurs du sud de la Norvège durement touchés par la crise alimentaire qui a éclaté après la pire sécheresse estivale depuis 1947. Dans sa ferme de Grue Finnskog à Hedmark, où elle élève des moutons et des chèvres, elle n’a reçu jusqu’à présent qu’environ un dixième des balles de foin qu’elle récolte habituellement à cette période de l’année.

Découvrez un magnifique Fjord

Maintenant, le pâturage à l’intérieur de la barrière contre les prédateurs commence également à être insuffisant après très peu de pluie ces derniers temps.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

– J’aurais pu laisser paître les animaux dans la forêt, mais à cause des loups, cela ne me tient pas à cœur de le faire, dit Furuberg.

30 autres importateurs d’aliments pour animaux

Vendredi dernier, le ministre de l’Agriculture, Jon Georg Dale (Parti du progrès), a introduit plusieurs mesures d’urgence pour venir en aide aux agriculteurs. L’une des mesures est que le tarif sur le foin est abaissé à partir de vendredi. Toute personne qui importe ou vend des aliments pour animaux doit être enregistrée auprès de l’Autorité norvégienne de sécurité des aliments. Selon eux, une trentaine d’importateurs se sont enregistrés en tant qu’importateurs d’aliments pour animaux au cours du dernier mois, mais il n’est pas clair si tous vont importer du foin et de la paille.

L’importation de flux n’est cependant pas totalement sans problème. Les aliments provenant de l’étranger peuvent contenir des maladies étrangères qui peuvent se propager aux troupeaux norvégiens. La Suède et la Finlande sont considérées comme relativement sûres à importer, mais les deux pays ont été touchés par la même sécheresse et les mêmes pénuries d’aliments que les agriculteurs norvégiens.

Le Danemark est également touché par la sécheresse et l’Institut vétérinaire a informé Nationen mercredi qu’il était risqué d’importer des aliments à partir de là. Les pays baltes, la Pologne, la République tchèque, la Roumanie et l’Espagne ont également des maladies infectieuses que les autorités norvégiennes ne veulent pas atteindre en Norvège.

– Nous demandons aux gens de se demander si d’autres mesures peuvent être mises en œuvre avant d’importer des aliments pour animaux. C’est celui qui importe, vend ou nourrit les animaux qui est chargé de s’assurer qu’ils sont sûrs, explique le chef de département de l’Autorité de sécurité alimentaire, Solfrid Åmdal, à NTB.

Ne souhaite pas utiliser de flux importé

Merete Furuberg dit qu’elle est également sceptique quant à l’utilisation d’aliments provenant de l’étranger.

-Je ne nourrirai pas mes animaux avec des aliments importés, par peur des maladies, dit Furuberg.

Elle demande désormais au ministre de l’Agriculture des mesures qui, selon elle, peuvent faciliter le recours aux aliments norvégiens.

– Le ministère de l’Agriculture devrait envisager, entre autres, de couvrir le transport des aliments pour animaux à l’intérieur de la Norvège. J’ai entendu parler d’un agriculteur de Toten à qui on proposait des aliments du Finnmark, mais qui a dû refuser parce que le coût du transport était trop cher, dit Furuberg.

La politique ne peut pas compenser le manque de pluie

Le ministre de l’Agriculture, Jon Georg Dale, déclare qu’il n’est actuellement pas nécessaire de couvrir le transport des aliments à l’intérieur de la Norvège.

– De nombreux agriculteurs de l’ouest de la Norvège ont acheté des aliments à l’est des montagnes lorsque la pluie a détruit leurs récoltes l’année dernière, et c’est une bonne alternative. Le coût du transport doit être pris en charge par les agriculteurs eux-mêmes.

Il dit que le ministère de l’Agriculture a fait ce qu’il pouvait pour le moment pour atténuer la situation.

– Nous avons fourni les mesures que nous estimons être les plus efficaces dans la situation actuelle. La politique en elle-même ne peut pas compenser le manque de pluie s’achète, et nous sommes conscients que ce sera un automne et un hiver exigeants pour de nombreux agriculteurs, dit Dale.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui